Tag Archives: éclairage

Trek_supercommuter_dynamo

Lumière sur les dynamos !

La sécurité sur la route passe par la visibilité. C’est un axiome indéboulonnable. C’est le principe cher à la législation allemande de «Sehen und Gesehen werden» : «voir et se faire voir». Si vous n’avez pas de lumières, un soir de novembre, alors qu’il pleut, vous êtes en danger et vous vous transformez en un irritant pour les autres usagers de la route. Ne laissez pas les automobilistes vous ignorer : vous êtes beaux roulants par tout temps. Soyez vus !

Chez Dumoulin Bicyclettes, nous cherchons à simplifier la vie des cyclistes. Parce qu’au quotidien, il faut que votre vélo soit aussi fiable, commode et avantageux qu’une auto. Comment justifier l’utilisation d’un moyen de transport qui soit plus contraignant ? Nous tous sommes portés à chercher le moindre effort, ou du moins, la plus grande fluidité lorsqu’on en vient à parler de liberté de mouvement.

Les dispositifs d’éclairage à dynamo, c’est le summum en matière de simplicité, de confort d’utilisation, d’avantages. Ça change la vie. Littéralement. Nous allons ici vous expliquer pourquoi. On définira aussi précisément de quoi il en retourne et enfin quels choix nous vous offrons.

 

Dynamos : de quoi parlons-nous ?

 

Une centrale électrique sur votre vélo

Contrairement à ce qu’on entend souvent, le dispositif de dynamo n’est pas compliqué, bien au contraire. Il s’agit tout simplement d’un moyeu, situé dans la roue avant, connecté à deux phares. À l’intérieur du moyeu, des aimants tournent autour d’une bobine de fils et créent par le mouvement du courant dans la bobine. C’est le processus très simple du rotor/stator et de l’alternateur. Une turbine de centrale hydroélectrique ne fonctionne pas différemment.

Vous avez donc un générateur de courant alternatif, fonctionnant à votre mouvement, et produisant la plus pure et la plus durable des électricités !

Moyeu-dynamo-Son

Intérieur d’un moyeu SON.

 

Connecteur et DEL

La connexion entre le moyeu et les lumières se fait grâce à une petite pièce qui ressemble à un Lego : le «connecteur» (remplaçable en cas de bris). Elle permet de brancher un câble, qui distribue le courant à la lumière avant. Cette dernière le redistribue ensuite vers le phare arrière.

Les ampoules ne sont pas exactement des ampoules, ce sont des Diodes Electro-luminescentes ou DEL. L’avantage majeur des DELs actuelles, c’est qu’elles durent longtemps et qu’elles ne consomment pas grand chose. En conséquence, le courant demandé pour allumer vos lumières n’est pas important. Ce dernier point est important pour les questions de frictions et de résistances.

En effet, lorsque vous allumerez vos lumières, vous demanderez à la dynamo de produire de l’électricité. La résistance au roulement est alors plus importante. Cependant, lorsque vos lumières sont éteintes, la friction est proche de celle d’un moyeu de haute qualité. Retenez que les fabricants de moyeux se battent pour avoir le roulement le plus parfait et que vous pourrez quand même rouler très très bien lumières allumées !

 

Lux/lumens : des mesures complémentaires

Le marché nord-américain a donné beaucoup d’importance aux lumens. En Europe, d’où les technologies de dynamos sont issues, la mesure de comparaison employée est le LUX.

Ce qu’il faut retenir, c’est que les deux unités sont complémentaires plutôt qu’opposées. Les lumens, c’est la puissance de la lumière émise à l’origine du phare. Les LUX intègre la notion de surface dans le calcul. La deuxième notion à retenir, c’est que les meilleures feux à dynamos tournent autour de 80-100 Lux. Et c’est brillant !

Nos modèles proposent des luminosités allant de 40 à 80 LUX.

Dynamo-Son_Edelux-II

La référence absolue en matière de feu avant : la SON Edelux II – 100 LUX

 

>Voir tous nos modèles de lumières à dynamo

 

Quels avantages ?

 

Nous pouvons les rassembler autour de trois axes : simplicité, sécurité, durabilité.

Simplicité

Vos lumières sont constamment présentes sur votre vélo: aucune chance de les oublier dans le fond de son deuxième sac ou sur la table de bureau. Vous aurez donc toujours la paix d’esprit et la tranquillité de ne pas vous soucier de votre éclairage.

Vos phares sont toujours présents, très bien, mais c’est surtout qu’ils seront constants. Pas de pile, pas de batterie, vous n’avez plus à vous soucier non plus de cela. Votre dynamo alimentera en électricité votre éclairage avec constance.

Enfin, les dispositifs sont très fiables. Encore une fois, il est important d’avoir un moyen de transport efficace et commode. Les feux à dynamos ajoutent grandement en ce sens.

Sécurité

Comme vous n’oubliez jamais vos lumières, vous êtes constamment positionnés sur la route. Votre sécurité s’en trouve ainsi grandement augmentée. Vous sortez un peu plus tard que prévu du travail ? Vous rentrez en pleine nuit du pique-nique/pétanque/concert ? La visibilité est franchement réduite à cause du brouillard tombé soudainement sur l’après-midi de novembre ? Pas de problème, vous aurez vos phares! Vous le comprenez, peu importe les conditions ou les événements, vous pourrez bénéficier de la sécurité de votre installation.

Les soucis concernant le vol de lumières seront aussi derrière vous : les feux sont fixés sur le vélo puis filés entre eux. Le voleur potentiel a donc besoin de bien du temps pour vous faucher vos précieuses lanternes. On peut aussi déclarer que ce social-traître aura bien du mal à revendre sa marchandise… puisqu’il faut des lumières, un moyeu, et la connaissance pour le faire.

Vos phares sont positionnés idéalement sur le vélo. À l’arrière, le feu est souvent positionné sur un porte-bagage. Résultat, pas de manteau, pas de sac à dos, rien ne se met entre la lumière et le regard de l’automobiliste. Vous êtes bien situé et visible en toute circonstance. Le phare avant quant à lui est fixé sur la fourche, juste au-dessous du tube de direction. Là encore, c’est un endroit qui ne peut être «caché» et ensuite, cela ôte un accessoire de votre guidon! Vous gardez plus de place pour votre poste de radio «bluetooth» !!!

Non seulement votre sécurité est largement augmentée pour toutes ces raisons, mais votre sentiment de sécurité le sera aussi. Et ça, c’est le gain monumental : ce sentiment vous procure du confort. Le confort diminue les frustrations. Vous faites toujours et encore plus de vélo et plus rien ne se met rationnellement entre vous et votre destrier. Vous faites plus de vélo et la société gagne !

Durabilité

L’installation d’un dispositif à dynamo doit se penser à long terme. C’est alors carrément imbattable. Comme il n’y a que peu d’usure, vous n’aurez pas à changer tous les deux ans de lumières. Vous ne les perdez plus, elles fonctionnent pour des années… Bref, le cercle vertueux de la consommation «durable» s’installe !

De plus, elles n’utilisent pas de piles ni de batteries. Vous réduisez d’autant votre empreinte écologique ! Comme souligné plus haut, c’est de la plus pure énergie qu’est générée l’électricité nécessaire : la vôtre. Question environnement, on ne peut vous proposer mieux.

dynamos

Contrer les freins à l’achat

 

En général, les objections exprimées contre ces systèmes se rassemblent autour du prix à l’achat, du poids supplémentaire et d’une certaine forme de méconnaissance (ça a l’air plus compliqué que des lumières à piles).

«C’est trop cher»

Concernant le prix, on ne peut nier que c’est plus cher à l’achat. Un bon combo de lumières Light&Motion vous coûtera aux alentours de 115-130$ tandis que le système à dynamo nécessite toute une nouvelle roue et des phares assez coûteux.

Une fois de plus, pensez à long terme : combien de lumières à piles avez-vous perdu ? remplacé ? Combien de lumières volées ? Combien de lumières défectueuses au bout de quelques mois ?

Même si nous essayons de vous proposer les meilleurs produits dans chaque catégorie, rien ne peut battre à long terme un système à dynamo.

Par ailleurs, ces systèmes changent la vie. Littéralement. Ce n’est même pas exagéré ! ils font partis de ces petits accessoires qui métamorphosent votre quotidien : tranquillité d’esprit, sécurité renforcée, durabilité… La plus-value en vaut la peine!

«C’est trop lourd»

Deuxième objection majeure : le poids. Ici en revanche, on peut carrément parler de mystification. Oui un système à dynamo va ajouter une masse supplémentaire sur votre vélo. MAIS, on peut évoquer ici quelques centaines de grammes. Par exemple, si l’on compare l’option lumières à piles et l’option lumière à dynamo sur un Brompton, le choix d’éclairages à dynamo augmentera le poids du vélo de moins d’une livre ! Moins de 425g pour les lumières, le moyeu. Une telle quantité d’avantages pour un si petit poids supplémentaire, c’est dérisoire !

En outre, le poids supplémentaire provient uniquement du moyeu (les lumières ne pèsent quasiment rien puisqu’il n’y a ni piles ni batteries). Cette masse supplémentaire est positionnée au centre de la roue avant, exactement à un endroit où une différence de poids ne se remarque pas ! Concrètement, cela ne change rien à votre conduite, ou si peu qu’il faut être un ordinateur pour rendre compte de ces différences. Vous conviendrez avec nous que ce genre de performances-là ne sont que très peu pertinentes lorsque l’on se déplace en ville.

«C’est compliqué»

Malgré la longueur de cet article, nous espérons avoir démontré que c’est au contraire très simple. Nous saurons également vous aiguiller dans vos choix, en fonction de vos besoins.

Commencez par choisir votre moyeu : nous vous proposons trois choix.

1) Shimano Alfine
2) Shutter Precision
3) Schmidt Original Nabendynamo (SON)

Choisissez ensuite la jante sur laquelle nous allons monter le moyeu.

Nos choix de jantes

Choisissez les rayons, puis les lumières.

 

>Voir tous nos modèles de lumières à dynamo

Et voilà ! Le tour est joué !

dynamos
>Lumières de vélo : les choix.
>Réflecteurs : le casse-tête.

Lumières-de-velo

Lumières de vélo : les choix

Vous le savez, chez Dumoulin Bicyclettes, il nous tient à coeur de vous voir éclairés. Il est plus dangereux de rouler sans lumières de vélo actives la nuit, en ville ou en campagne, que de rouler sans casque. L’obscurité est belle lorsque maitrisée : sous la pluie, dans la nuit, allumez-vous!

&nbsp

Lumières de vélo, que choisir ?

&nbsp

Consultez notre page spéciale «Bien vivre son hiver à vélo», et plus spécialement la section «Éclairage».

Qu’y trouverez-vous ? Notre sélection de lumières rechargeables et nos lumières à piles conventionnelles. Sélectionnez celles qui correspondent le plus à votre pratique.

&nbsp

Piles vs rechargeables

&nbsp

Pour tous ceux qui veulent être visibles une fois de temps en temps, ou pour les parents qui poussent leurs enfants en poussettes, les Bontrager Glo et Ember sont des valeurs sûres.

Les paires Ion/Flare sont aussi très pertinentes et vous choisirez les plus puissantes lorsque votre fréquence d’utilisation le justifiera. Les lumières à piles, conventionnelles, sont très fiables. Il ne faut simplement pas oublier de changer les piles. Un phare arrière en perte d’énergie n’est pas sécuritaire.

&nbsp

Les lumières rechargeables ont cependant la côte : plus puissantes, plus «écologiques» (elles permettent de réduire le nombre de batteries en circulation), plus techniques, elles sont une vraie bonne solution pour tous les navetteurs quotidiens.

Vous aimerez par exemple les Blackburn Click ou les Bontrager «city» pour leur compacité. Faciles à installer, elles sont aussi très simples à emporter dans son sac à main, sa poche de manteau, etc. Même si elles ne sont pas les plus puissantes, ces lumières sont adéquates pour être visibles à toute heure. À noter que plus vos lumières sont petites, moins elles peuvent durer longtemps sur une charge.

C’est pourquoi les Light&Motion Urban ou encore les Bontrager sont des excellents choix pour tous. Ces lumières éclairent votre passage, mais vous situent aussi très bien sur la route. Ce sont des phares assez compacts et qui disposent d’une autonomie tout à fait honorable. Ce sont aussi ces lumières qui ont les meilleures atouts pour les intersections : en effet, elles vous positionnent aussi latéralement grâce à leurs diodes latérales. On vous verra lorsque vous attendrez à votre arrêt.

trek_lumiere_bontrager_ion_flare_r

Bontrager City Ion et Flare. Compactes, puissantes, pratiques.

&nbsp

Positionnement des lumières de vélo et mode d’éclairage

&nbsp

Une fois que vous avez choisis vos lumières, comment bien vous en servir ? Où positionner ses lumières pour que les automobilistes vous voient au mieux ? Quel mode d’éclairage faut-il privilégier, clignotant ou continu ?

&nbsp

Il est important de vous assurer que vos lumières sont réellement visibles, c’est-à-dire que rien ne fait obstacle à la diffusion du faisceau lumineux et que ce dernier est orienté de la bonne façon. Par exemple, un feu avant qui éclaire les étoiles, c’est peut-être sympa en prévision d’une rencontre du troisième type, mais ça n’a aidera personne à vous voir venir. Un deuxième exemple, un feu arrière posté sur une tige de selle, mais avec une caisse de lait juste derrière ne sera pas très efficace. Bref, faites attention à ce que vos faisceaux lumineux soient bien orientés (vers le sol et environ 5-6 mètres devant vous pour le feu avant, vers l’arrière, plutôt plus vers le sol que vers le ciel pour le feu arrière), et que ni un manteau, un panier à l’avant, un sac ou une caisse de lait n’empêche vos lumières de faire leur oeuvre.Action_Light&Motion_!

La meilleure position pour un feu avant est au bas de la colonne de direction. Où ? Juste au-dessus de votre garde-boue. C’est là qu’on positionne les lumières à dynamo. Bien entendu, cela est valide si vous n’avez pas de panier à l’avant. Positionner une lumière sur le guidon entre ses mains, c’est aussi un excellent endroit.

Pour le phare arrière, la meilleure position est encore au niveau de la roue, sur un garde-boue arrière, ou sur une plaque à l’arrière de votre porte-bagage. La tige de selle est également un bon endroit, mais prenez garde aux manteaux longs, aux sacs à dos, etc. En parlant de sac à dos, une lumière sur un sac à dos est efficace, quoiqu’elle dirige le plus souvent son faisceau lumineux vers le ciel plutôt que vers la route. Positionner sa lumière arrière sur une sacoche gauche est également un très bon endroit.

Retenez qu’il est important de ne pas avoir des lumières de vélo positionnées trop bas ou trop haut. L’orientation du faisceau lumineux doit être logique : vous ne cherchez pas à éclairer les étoiles mais le sol !

lumieres_velo_bontrager

Terminons-en ici avec les modes d’éclairage. Beaucoup d’entre nous aiment se voir clignoter. Nous recommandons d’y aller avec la logique encore une fois. Le jour, il est bon de clignoter pour attirer l’attention des automobilistes. Par exemple, lorsqu’il pleut, lorsque le ciel est particulièrement sombre ou en cas d’intempéries quelconques. En revanche, lorsque le soir est venu, nous recommandons d’utiliser les modes continus ou les pulsations lentes. Pour voir en avant, ce sera plus confortable pour vous et les autres cyclistes rencontrés n’auront pas l’effet «stroboscope». Pour l’arrière, la pulsation lente ou l’éclairage en continu vous positionnera clairement sur la route, sans ambiguïté, et l’appréciation de la distance sera plus facile pour les autres usagers de la route.

BANNIERE-MAGASIN1-3!!

La nuit en vélo, montrez-vous !

Parabole du royaume des allumés selon Dumoulin Bicyclettes.

«En vérité, on vous le dit, le royaume des allumés est celui des cyclistes responsables et conscients de leurs actes».

  1. Rabais sur toutes les lumières
  2. Livraison gratuite à partir de 2 lumières commandées.
  3. Montrez votre engagement en partageant le mot-clé #royaumedesallumés sur les réseaux sociaux !

Le temps est venu de changer d’heure et de passer au mode «hiver». Cela signifie que la plupart de vos déplacements se feront désormais à la noirceur. Ce n’est pas nouveau, chez Dumoulin Bicyclettes, on vous conseille fortement de rouler avec un éclairage actif. C’est non seulement une obligation légale, mais c’est aussi le minimum requis pour votre sécurité.

Oubliez la pensée magique du «je roule en ville, c’est éclairé». L’allumeur de réverbères serait le premier à vous chicaner. Aidons-nous les uns les autres, et allumons nos lumières!

Rouler avec un système de lumières, c’est assurer sa propre sécurité, c’est rassurer les autres usagers de la route (veut-veut pas, ils sont là), et c’est agir en citoyens responsables et respectueux.

Pour encourager tout le monde à se déplacer avec des vraies lumières, de qualité, nous vous proposons notre sélection. Choisissez selon vos besoins. Nous vous offrons la livraison à partir de 2 lumières achetées.

Par ailleurs, parrainez un cycliste !

Produisez vos témoignages sur notre page facebook ! Montrez à notre communauté (sous-entendu à l’ensemble des gens utilisant le réseau routier) que nous sommes responsables et que nous avons conscience qu’il nous faut être visibles pour être protégés. Le mot-clé à utiliser afin de montrer votre mobilisation sera #royaumedesallumés.

Vous connaissez un collègue qui roule sans être éclairé ? Montrez-lui «la lumière» et amenez-le au royaume des allumés ! Votre fils n’est pas allumé ? Voici une occasion rêvée de lui transmettre un peu de sagesse !

S’il vous plait, chers clients et chères clientes, chers amis cyclistes, ne continuer pas à rouler sans lumière… Partagez la bonne parole et soyez les bienvenu(e)s au royaume des allumés !

Cette campagne et ces rabais ont autant pour but de vendre des lumières que de nous rendre tous responsables de la bonne santé de notre communauté. Chez Dumoulin, il nous tient à coeur que vous rouliez en toute confiance, en toute possession de vos moyens. Pour cela, la nuit, à vélo, allumez-vous !

Trouvez ici de quoi vous positionner clairement sur la route.