Tag Archives: Pneus à clous

Pourquoi je choisis les pneus à clous : Schwalbe Marathon Winter

Rouler en vélo l’hiver n’est plus ce que c’était. Les pistes cyclables sont de mieux en mieux déneigées, et nous avons pu voir l’émergence d’un vrai réseau blanc durant les dernières années. C’est de moins en moins aléatoire de se déplacer à vélo en hiver. Si on ajoute à cela une tolérance bien plus importante des automobilistes et la force du nombre qui augmente, nous dirons avec satisfaction que la situation s’est beaucoup améliorée.

Les pneus à clous restent un incontournable pour assurer sa sécurité et se sentir confiant sur la route. C’est important d’avoir au moins la roue avant cloutée, et toujours plus optimal de choisir les pneus à clous pour l’arrière également.

J’écrivais il y a quelques années ma conversion aux pneus à clous. J’y reste encore fidèle. Les Schwalbe Marathon Winter Plus me sécurisent et me permettent de rouler en hiver avec plus de confiance.

Passer des chutes et des petites peurs à la confiance : vive les clous !

 

Mon tout premier hiver à vélo était quelque chose. J’ai roulé sur des pneus de vélo hybride, assez basiques. Je ne travaillais pas encore chez Dumoulin Bicyclettes. Lorsque j’y suis rentré, j’ai été encouragé par mes collègues et par toute la communauté cycliste d’alors, de choisir les Schwalbe CX Pro. Des pneus de cyclo-cross très tendres et sculptés pour aller chercher l’asphalte en dessous de la neige. C’était alors LA solution ! Selon moi, autant d’adhérence sur la route qu’un muffin dans un moule en téflon enduit de Pam. On me disait : « c’est normal. Tu chutes toujours deux ou trois fois par hiver. Ça fait partie de la game. Tu vas voir, tu vas t’améliorer et tes aptitudes aussi».

Je me souviens par exemple d’une chute mémorable dans une petite rue transversale particulièrement traitresse… Ou encore de ce carrefour Saint-Denis-Bellechasse, que je redoute particulièrement, où une plaque de glace sous un peu de neige m’a carrément envoyé au tapis… au milieu du trafic. Puis vous savez, ce petit feeling vraiment désagréable lorsque vous roulez, ce «zou zou gliss gliss», qui vous fait soudainement convoquer les anges du ciel pour que ça passe et que non, votre roue avant ne décide pas de «foutre le camp» parce que la route est cahoteuse. Pas super pour la confiance !

Père et mari, mon identité a évolué vers une entité plus calme et sereine, mais aussi plus prudente : la chute n’est plus une option et elle n’est plus «inévitable». Je l’ai remise à sa place, d’où elle ne devrait jamais sortir : celle du hasard malheureux et rarissime.

La chute n’est plus une fatalité : vive les clous !

Le craquement des clous sur l’asphalte me rassure. Quelque part, il me rappelle que je dispose d’une intelligence supérieure dans le règne animal : l’adaptation. Verglas, pluie, neige fine, neige mouillée et lourde, glace… les conditions sont changeantes, je suis toujours prêt. Lorsqu’il rencontre un sillon glissant, mon pneu suit la pente, et sans hésiter établit le contact pour passer et avancer. J’ai commencé par un pneu à clous à l’avant et un CX pro à l’arrière. De temps à autres cependant, mon pneu arrière chassait. Je décidai d’éliminer complètement ce glissement et me voilà «clouté» avant/arrière, loin d’être cloué sur place.

Pour moi, me déplacer est avant tout une affaire de simplicité, d’esprit pratique. Mon «véhicule» doit être fiable et toujours prêt. Il doit servir ma liberté de mouvement et me simplifier la vie. Pour ne pas me restreindre, je dois ressentir un certain confort sur la route. La sécurité, ou plus exactement, le sentiment de sécurité conféré par mes pneus à clous, mes lumières, mes bons freins, mes pédales, tout cet ensemble me procure le confort. Otez-moi un de ces éléments et je me sens vulnérable.

J’ai confiance dans mes pneus, je roule ! Équation simplissime, n’est-ce pas ?

Lire plus :

-> Le vélo électrique, en hiver c’est fantastique !
-> Prendre soin de son vélo pour l’hiver
-> Froid aux mains ? La solution est dans le manchon !

 

Bien vivre son hiver à vélo

Hé oui ! Qu’on le veuille ou non, l’hiver se tiendra comme chaque année, entre le 21 décembre et le 21 mars, avec des perturbations annoncées plus ou moins un mois avant et après ces dates. Pour toutes celles et ceux qui ne veulent pas entendre parler de cet événement majeur du paysage québécois, il existe l’entreposage hivernal. Pour tous les autres, qui décident de le tolérer, à une distance variable, voici ce que nous vous proposons cette année !

 

Neige, verglas, soleil, pluie et même… du vent !

 

Neige, pluie, verglas, glace noire, froids polaires, dégel, regel… C’est tout un programme qui est annoncé. Comment bien profiter du spectacle et vivre avec un maximum de bonne humeur le chemin proposé par l’organisation ?

 

La première des choses à se dire (et qu’on vous dit donc), c’est qu’il ne faut pas se faire mal. Parfois, les conditions ne nous inspirent pas. La tempête est trop intense. Le froid est trop mordant. Il n’y a pas de honte à «renoncer» : les transports en commun ou Communauto sont là pour ça ! Gardez cet état d’esprit, surtout vers la fin du spectacle, vous savez lorsque l’hiver tape sur les nerfs à grands coups de 25 cm de neige au mois de mars… c’est le meilleur moyen de garder le sourire tous les autres jours. Et croyez-nous, l’hiver nous offre de merveilleuses raisons de muscler les zygomatiques !

simcoe_hiver_

 

Gain de graisse, maintien de la forme optimale !

 

La mécanique en prend pour son grade. Entre l’humidité, les épisodes de gel et de dégel, et bien sûr, le fameux calcium, il va falloir prendre soin de votre monture. Comment faire ? C’est simple : la vitamine G ! De la graisse pour votre pédalier, pour vos pivots de freins, de l’huile dans les gaines de freins et vitesses, etc… Bref, c’est le moment de faire prendre du poids à votre vélo. Comme tout bon castor, il faut une bonne dose de protection à votre vélo pour espérer revoir le printemps. Prenez votre rendez-vous dès maintenant, on saura gaver la bête !

 

 Vitamine Graisse

 

Pendant l’hiver, n’hésitez pas à donner un peu d’amour à votre vélo.

Oubliez le gym ! Avec un hiver à vélo, vous garderez votre forme optimale !

 

Crissements et symphonies pour pneus cloutés

 

De la glace à toutes les séances, mais pas de bonbon, caramel ou chocolat. Des conditions changeantes en quelques heures, de l’incertitude. La programmation du festival de l’hiver à vélo est incertaine. C’est bien beau, mais vous n’avez pas forcément envie de danser au ballet pour Casse-noisettes. Pour réduire l’incertitude à un niveau plus tolérable, l’adoption de pneus hivernaux à clous est plus que recommandée. C’est la crème de la crème et vous apprécierez le spectacle de son et lumière de M.Hiver.

 

schwalbe-marathon_winterTémoignages et infos supplémentaires sur les pneus d’hiver:

>Pourquoi j’ai choisi les Marathon Winter 

>Continental Top Contact Winter

/!\ Vérifiez la pression de vos pneus assez régulièrement à l’aide d’une pompe à pied. La dernière chose que vous voulez, c’est d’avoir une crevaison par -20°c !

 

Gardez votre sang-froid

 

Restez zen. Les automobilistes peuvent parfois être agressifs, débonnaires et souvent, ils se comportent comme les rois de l’intimidation. Partez du principe que vous ne souhaitez pas les stresser plus qu’il ne faut et surtout qu’il ne faut pas vous stresser. Prenez la place qui vous est due : vous avez le droit d’employer une conduite prudente et «défensive». C’est-à-dire que lorsque le revêtement sur la droite n’est pas sûr, vous pouvez prendre un peu plus de place sur la route. Conservez votre calme si le moteur rugit. Dès que vous le pouvez, cédez la place, soyez compréhensifs et souriez. Ne répondez pas à la rage au volant par de la rage au guidon. Employez la courtoisie et soyez prévisibles : les conditions sont difficiles pour tout le monde.

La conduite défensive ou autrement appelée préventive permet de réduire l’agressivité au volant, d’anticiper le trafic de tenir compte du comportement des autres conducteurs et de tous les usagés de la route, de rester maître de soi, d’être attentif à l’état de la chaussée et aux conditions de circulation. (eco-conduite-attitude.com/conduite-defensive ; cette page s’applique aussi bien aux automobilistes qu’aux cyclistes !)

 

L’hiver à vélo : un happy-end !

 

L’histoire d’un hiver à vélo n’est pas forcément de tout repos. Pour peu que vous soyez prêts et dans le bon état d’esprit, c’est une belle romance, et de celles qui s’écrivent à l’encre du bonheur. Aux journées épouvantables succèdent des instants de grace et de volupté. Si, si, les petits matins fraichement enneigés peuvent être divins. Les soirs de chute de neige sont souvent silencieux et feutrés, et le retour chez soi devient une traversée urbaine veloutée. La sensation de faire circuler le sang et de respirer alors même que la ville semble s’étouffer dans sa congestion givrée est grisante. Et enfin, quoi dire lorsque vous avancez tranquillement pendant que tous pellettent ? Rien. Vous ne pouvez simplement que sourire. Profitez-en !

 

L’hiver à vélo : tout savoir, tout voir.

 

 

En hiver à vélo !