Tag Archives: témoignage

Drummondville en vélo cargo : témoignage d’Alexandre

Alexandre s’est procuré un vélo cargo Babboe Carve Mountain pour se déplacer dans les environs de Drummondville. Nous lui avons demandé un témoignage sur son expérience, son vélo et son mode de vie. Sa réponse en forme de biographie relate son amour pour le vélo comme mode de vie et son besoin de respirer l’air frais des régions du Québec. Après avoir quelque peu «bourlingué» il s’est posé dans le coin de Drummond. Il semble y avoir trouvé une stabilité, un équilibre et un mode de vie qui lui siéent bien.  On sent également une réelle prise de conscience et une envie enthousiasmante de convaincre sans bousculer la transition vers un mode de vie plus «doux».

 • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

«Le vélo a été au coeur de ma vie depuis une quinzaine d’année.  À l’époque, je devais me rendre au Cégep en vélo jusqu’à la première neige. Le vélo de montagne hardtail en cromo de mon père a été ma première monture pour traverser le champ et descendre le petit train du nord à partir de Prévost. À partir de ce moment, j’ai compris que j’allais toujours pédaler. Plus tard, à Québec, c’est sur un Minelli que je montais quotidiennement la Côte d’Abraham jusqu’à l’école d’architecture, neige pas neige, en dépassant les voitures semi-stationnées.

Puis vint mon séjour à Kobenhavn (Copenhague). C’est là que j’ai réalisé le plaisir de rouler sans «cruncher» mes vertèbres cervicales, grâce à un vélo à géométrie «grand-mèrienne». En rentrant au Québec, j’ai tout de même racheté un Norco Ceres pour rouler acier, disques, Alfine et courroie à Sherbrooke, et deux vélos de montagne pour être capable de monter la rue Prospect en hiver. Bien entendu, chacun avait une caisse et quelques sacoches pour trainer un paquet de trucs.

«Après tout ça, nous avons tenté la vie rurale. 3 ans à vivre à Ulverton en ayant la 143 comme unique voie d’accès pour sortir ou entrer de la maison. Quinze minutes de char de char pour une pharmacie ou une épicerie et une demie-heure pour le travail. Même un Kona Roadhouse ne m’a pas permis de faire la 143 à l’aise… Tu t’aperçois rapidement qu’un tracteur, ça roule vite en torrieux. Nous avons décidé de nous rapprocher du travail en déménageant à Drummondville. Or depuis que j’ai habité au Danemark, je rêvais qu’un jour, moi-aussi, je trainerais une petite tête blonde dans une boite. Alors, en arrivant « en ville » avec Jeanne on a évalué nos options et nous avons opté pour LA TOTALE : le Babboe Mountain Carve.

 Babboe Carve Mountain - Testimonial

LE CARVE EST EXTRAORDINAIRE!!!

Sans le Babboe, je ne crois pas que j’aurais développé l’amorce d’attachement que j’ai maintenant pour Drummondville.
Je crois que je vais toujours rester un gars de montagnes, mais le fait de rouler une ville en vélo te l’a fait découvrir et apprécier d’une façon unique. Je me suis mis à discuter avec les passants, mystifiés par ma boite roulante. Systématiquement, ils me demandent si c’est moi qui l’ai fabriquée. Ces conversations m’ont fait découvrir qu’autant que la ville manque de charme initial, autant ses habitants son sympathiques. C’est incroyable comme le monde est gentil ici. Tu habiterais Drummond depuis 22 minutes et tu serais considéré comme un gars de Drummond. C’est pas en voiture qu’on se met à jaser comme ça avec le monde. Le vélo cargo, c’est aussi ça. Un catalyseur qui rassemble trippeux et curieux.
Babboe Mountain Carve - Testimonial

Nous avons roulé près de 1600km cet été, juste entre Maxi, CPE, maison, bibliothèque et centre-ville. La machine s’est révélé extraordinaire. Le fun à rider en roue libre et le moteur a certainement aidé à ce qu’on l’utilise plus souvent. Les matins de crises de bébé ou les nuits de pleurs auraient probablement donné raison plus souvent à la voiture si j’avais eu à pousser mon véhicule d’acier sans l’assistance. J’y ai quand même ajouté un porte-bagage arrière (Axiom Fatliner pour avoir les deux niveaux sacoches ET boite), une caisse de bois et mes Arkel. J’ai installé ma Brooks Flyer Select d’amour et c’est presque parfait. Il y aura toujours un petit truc à «pimper».

Alexandre fait partie du groupe facebook «Drummondville transition 2030» et surtout a créé le groupe «Drummond en vélo». Un acteur impliqué. Merci pour votre témoignage Alexandre.

Lire plus

A.Provost_Babboe - Manif1A.Provost_Babboe - Manif2

Un Nihola 4.0 à Magog, ça roule !

Kristell et son conjoint William sont venus nous visiter au début de l’automne accompagnés de leurs trois enfants. Ils recherchaient une solution pour leurs trajets quotidiens à Magog. La conviction qu’une deuxième auto n’était pas la bonne chose à faire pour leur environnement ou pour leur famille les a mené vers la solution vélo cargo. Depuis leur passage, ils nous envoient régulièrement des nouvelles : retraçons donc un peu l’histoire de cette démarche inspirante et encourageante.

Le «cahier des charges»

Comme beaucoup de parents, Kristell a une vie «active»! Elle conduit ses enfants à l’école, au hockey, joue au frisbee, fait du yoga, s’occupe de l’épicerie… Ça bouge et c’est ça la vie en famille. Pour réaliser tout cela, il lui fallait un véhicule capable de déplacer la famille et son matériel sur une cinquantaine de kilomètres par semaine, et ce, été comme hiver. Pour que cela soit moins demandant physiquement, et tout simplement envisageable, l’électrification du vélo devint rapidement une option nécessaire.

Lors de leur rendez-vous en magasin, nous avons écouté leurs besoins et nous avons pu les diriger vers une solution adéquate : le Nihola 4.0 électrifié.
Ce vélo peut accueillir dans sa boite 4 enfants et nous avons l’expertise pour électrifier le triporteur avec un moteur à la fois puissant et robuste. Séduits par la proposition, Kristell et William nous donnèrent le mandat de réaliser le véhicule écologique qu’ils espéraient.

La préparation du vélo

Le Nihola 4.0 est un triporteur stable et robuste, construit sur le même châssis arrière que le Nihola Family, mais avec une boite «extra-longue». Deux bancs se font face et une petite ouverture latérale fait office de porte. Kristell avait envie d’installer un siège Yepp Junior à l’arrière. Son objectif était de pouvoir emporter plus de choses, que les enfants aient plus d’espace, mais elle avait aussi déjà le sentiment que son vélo serait populaire auprès des camarades de classes des petits ! Dans la vie (sans pandémie), on emmène parfois des amis à la maison et une place supplémentaire était alors un bel atout pour le Nihola.

Ce triporteur ne vient pas encore dans une version électrique. Qu’à cela ne tienne, nous avons des ressources pour modifier cela ! Fort de nos expériences passées avec BionX, puis de nos récentes réalisations pour la Ville de Montréal, nous proposons avec confiance l’installation de moteurs Bafang sur ce genre de vélos.

Nous avons installé la batterie à l’intérieur de la boite, sous un des bancs de passagers. L’intégration est sympa et pratique, le moteur dans la roue arrière propulse toute la famille sur les routes de Magog.

IMG_1105

Contrat rempli : Kristell a bien reçu son Nihola, elle le roule depuis lors quotidiennement et s’occupe de conscientiser tout le monde autour d’elle ! Elle a contacté le journal local pour «avertir les gens que nous étions sur la route». Bravo pour toute cette motivation et cette action inspirante.

Ci-dessous, nous retranscrivons un courriel envoyé il y a quelques semaines…. Un beau témoignage, qui nous fait chaud au coeur.

Nihola 4.0 Cargo Bike

Témoignage

«Salut Mathieu,

J’ai mis du temps à t’écrire… J’étais trop occupé à vivre ma lune de miel avec mon Nihola ! 😀 Je l’A.D.O.R.E. !

Et toute la famille…et toute l’école! Tous les enfants veulent faire des tours!

[…] Dimanche j’ai été jusqu’à l’autre bout de la Ville à l’aréna pour le hockey des petits et ensuite au frisbee des parents en passant par la piste cyclable. Encore une fois, un charme. Les enfants préfèrent « sans la capote » parce qu’ils se sentent un peu coincés avec… Alors lundi matin, on a donc sortis les lunettes de ski (on va acheter les casque de ski en fds!) et la couverture de laine.  Mais la capote sera quand même utile les jours de pluie ou probablement de grand froid. Je sens qu’ils vont me la réclamer éventuellement! Y a aussi le petit siège Yepp qu’ils aiment tous ! Ils ont fait chacun leur tour dedans et c’est la place préférée de Lucie, parce qu’elle peut me coller pendant qu’on roule.

Même si ça fait « plus pépère » comme look, j’adore la conduite et je me sens vraiment à l’aise d’aller dans la rue aux intersections. Je suis stable et visible. Je suis confiante que ce sera vraiment ce qu’il faut pour l’hiver. Me reste plus qu’à faire pression à la Ville pour qu’ils déneigent bien l’accotement.
ON EST TROP TROP CONTENTS!!!!!!!!! MERCI!!!!!!!!!!!!!!
Kristell et toute la famille

Yuba Mundo : le témoignage de Martin

Le Yuba Mundo est un vélo utilitaire formidable. Pour la famille ou pour les lourdes tâches, il satisfait depuis plusieurs années de nombreux clients. Nous avons demandé à quelques uns d’entre eux de nous livrer leurs témoignages à propos de ce vélo cargo. Parole aux utilisateurs.

 

«J’adore me stationner à la porte de n’importe quelle destination»

Martin n’est pas un «nobody» dans le monde du vélo. C’est tout simplement le gars en charge du développement de produits chez Argon 18. Autant dire qu’il s’y connait assez bien en vélo. On a quand même réussi à le surprendre avec le Yuba Mundo. Voici son témoignage.

J’ai découvert les Yuba sur le plancher de Dumoulin Bicyclettes. À première vue, ça me semblait gros, lourd. Je ne considérais pas cette solution. Après tout, j’avais mon siège et on ne se débrouillait pas si mal avec ma conjointe. Pour tout dire, ça me semblait une grosse solution à un petit problème. Puis, notre deuxième enfant est arrivé dans notre vie. Se déplacer à vélo devint alors définitivement plus complexe.

Le vélo occupe une très grande place dans ma vie. C’est mon principal moyen de transport en ville, quatre saisons par année. C’est aussi mon travail et une bonne partie de mes loisirs. C’est la manière que je privilégie pour voyager et découvrir de nouveaux paysages ou pays. En un mot comme en cent, c’est une passion et une dévotion !

Ça me donnait des boutons de devoir régulièrement prendre l’auto à cause des enfants. Nous ne faisons que de petits déplacements durant la semaine. Ma copine n’était pas confortable avec l’idée de trainer une remorque de type «Chariot» ou même d’avoir un banc arrière. J’ai alors considéré le vélo cargo. Le triporteur m’intéressait, comme par exemple un Babboe et j’ai hésité longtemps entre ça et le Yuba. Finalement, j’aimais le «feeling» d’un «vrai vélo». Dans le trafic, j’étais confortable, en connaissance du terrain et des conditions. Dans ma zone. Rouler le Mundo ne fut pas un réapprentissage.

Avec ce vélo, je transporte évidemment la famille, mais beaucoup plus… C’est tellement plus facile de faire une grosse (pardon une GROSSE) épicerie, de passer à la quincaillerie et de revenir avec une quantité ridicule de matériel qui transforme les yeux des passants en gros 30 sous ! J’ai même une fois transporté un ami du centre-ville à Ahuntsic parce que le métro était fermé.

Kids 2017-09-15--2

«Les enfants adorent le «gros vélo»

Mes enfants adorent le «gros vélo». Au-delà de la fonction, il y a le plaisir. Et on s’y retrouve tous. Pour les enfants, c’est beaucoup plus drôle que de prendre l’auto, pour moi c’est tellement plus pratique. Ça me permet de me déplacer rapidement et de stationner… à la porte de n’importe quelle destination. J’adore ça.

Si au premier contact, ça semble lourd et pas très «sportif», en fait, on se rend compte qu’une fois lancé, ça roule vraiment bien et que c’est beaucoup plus maniable qu’il n’y parait. J’habite Villeray et je travaille dans Parc-Ex et je me déplace au quotidien avec mon Yuba Mundo. Cela fait trois saisons que je l’utilise et j’avais commencé par les Monkey bars + un siège pour ma fille. Je ne l’utilise plus, car cette dernière étant plus grande, elle veut désormais être assise comme son frère ! J’ai aussi fabriqué une boite rigide pour transformer «l’autobus scolaire» en «pick-up».

Laissez-vous séduire par le Yuba Mundo. C’est finalement un super cocktail transport, pour résoudre de GROS problèmes. Je vous laisse deviner lesquels. En tout cas, notre voiture ne nous sert plus que pour sortir de la ville ou en hiver. Et c’est très bien comme ça.

Yuba-Mundo_témoignage_Martin

 

– – – – – – – – – –

Lire plus de témoignages

Le témoignage de Stéphan
Yuba Boda Boda, témoignage
Yuba Boda Boda, un vélo de déplacements génial

Et encore

Yuba Mundo : les bonnes raisons de le choisir

 

– – – – – – – – – –

Suivez-nous !

 

Facebook

#dumoulinbicyclettes