Tag Archives: Tern GSD

Tern GSD Gen 1 vs Gen 2 : différences

Le Tern GSD est un vélo cargo électrique, très polyvalent et particulièrement compact, qui permet de transporter matériel et passagers (2 enfants ou 1 adulte) en tout confort, sans occuper trop d’espace. Une nouvelle version améliorée s’amène en 2021. Devriez-vous profiter des aubaines sur le modèle de première génération ou investir dans un GSD plus récent ?

Qu’est-ce que le Tern GSD ?

Depuis 2018, ce bolide taïwanais a démontré toute l’étendue de ses capacités. Le pari de Tern ? Faire entrer un vélo cargo entier dans l’espace normalement occupé par un vélo de taille normale.

Pari tenu grâce aux plus petites roues (20 pouces), qui en font un vélo facile à enjamber et à manipuler. Le Tern GSD est également simple à entreposer, se tenant tout seul quand on le place à la verticale, grâce à des pieds intégrés et à un ingénieux guidon rabattable! Parfait pour les petits espaces !

Malgré son encombrement réduit, ce vélo conserve une excellente capacité de chargement, pouvant accueillir du matériel à l’avant et du matériel supplémentaire ou des passagers à l’arrière (2 enfants ou 1 adulte), pour une capacité totale de plus de 400 livres.

Équipé de la motorisation Bosch qui offre un des systèmes à assistance électrique les plus aboutis du marché, le GSD de première génération offre également plusieurs choix de batteries, un système d’éclairage électrique complet et une pléiade d’accessoires pratiques en option (béquille Atlas, repose-pieds et guidon pour passagers, sacoches, etc.).

Fait étonnant, Tern offre tout cela avec un cadre à taille unique convenant aux cyclistes de 1,50 m à 1,95 m (4’11’’ à 6’5’’). Des personnes de taille différente peuvent ainsi se partager le même vélo en tout confort.

Tern GSD _ Liberté ! Montréal

Lire plus à propos du Tern GSD

«Pourquoi choisir ce vélo cargo ?»

GSD Gen 2 : quelles nouveautés ?

Pour 2021, Tern propose une mise à jour de son vélo à succès. Le GSD 2021 est toujours aussi confortable avec des pneus robustes et résistants aux crevaisons. Toujours aussi sécuritaire avec ses puissants freins à disques hydrauliques Magura à 4 pistons ou son cadenas intégré à la roue.

Le Tern GSD 2021 est encore mieux adapté aux besoins des cyclistes utilitaires. Qu’est-ce qui le distingue de la version antérieure ?

Plus de confort

⁃ Une suspension avant sur toutes les versions.
⁃  Tige de selle à suspension «Cane Creek Thudbuster» (en option sur les versions «LX»).
⁃  Une géométrie améliorée qui s’adapte encore mieux aux différentes tailles de cyclistes (angle du tube de selle est plus ouvert, ce qui permet d’augmenter plus rapidement la distance «guidon-selle» et donc s’adapter mieux aux différentes tailles).
⁃  Un guidon plus élevé pour une position de conduite plus droite.

Tern GSD _ GEN 2

 Toujours aussi fiable, encore plus sûr

⁃ Cadre encore plus solide, ayant remporté haut la main les tests de la norme allemande EFBE Tri-Test.
⁃ Un moteur Bosch de la gamme « cargo line », spécialement conçue pour les vélos cargos.
⁃ Un garde-chaîne encore plus enveloppant.
⁃ Des jupettes protectrices pour empêcher les objets de se loger dans la roue arrière.
⁃ Une gamme de transmissions sans soucis (Shimano Deore, Nuvinci Enviolo, Rohloff E14) + courroie Gates Carbon Drive.
⁃ Éclairage puissant et incluant un feu arrière signalant votre freinage.

Plus de convivialité

La plateforme d’accessoires de Tern a été bonifiée sur la génération 2.

⁃ La béquille Atlas qui se retire au simple toucher d’un bouton lors du démarrage.
⁃ Des repose-pieds inclus d’emblée (extensions «Sidekick Wide Deck» disponibles en option).
⁃ Actualisation des barres de sécurité Clubhouse + (deux enfants dans deux sièges Thule Yepp Maxi Easyfit).
⁃ Un point d’attache intégré pour attacher facilement une remorque (Thule, Burley, etc.)
⁃ Sacoches imperméables Storm Box + capote imperméable Storm Shield.

– Cadenas de roues Abus inclus.

 

Lire plus :

-> Protéger les enfants des intempéries sur votre Tern GSD : présentation du «Clubhouse fort».

-> Tern GSD : un programme de transport de passagers sur mesure

-> Tern GSD : convoyer du matériel facilement en vélo

Alors : quel GSD choisirez-vous ?

Tableauai

 

 

Tern GSD, pourquoi choisir ce vélo cargo ?

Le Tern GSD est un vélo utilitaire, escamotable, électrique. Il s’inscrit dans notre offre de vélos cargos, c’est-à-dire qu’il aide, – dans leurs trajets quotidiens – des familles, des artistes, des travailleurs autonomes, des ouvriers de la construction, des entreprises.

Depuis son lancement en 2018, son succès ne se dément pas. Quelles en sont les raisons ? Pour quels types d’avantages de nombreuses familles le choisissent ? Pourquoi des Sherbrookois, des Granbyens, des Lavallois, des Longueuillois, des Montréalais le choisissent pour remplir le réfrigérateur ?

Nous pouvons expliquer ce succès par trois causes : 1) le Tern GSD est un «petit longtail» ; 2) il est très bien équipé mécaniquement et sa motorisation inspire la confiance ; 3) des programmes d’accessoires ingénieux personnalisent le vélo selon les besoins des utilisateurs.

Un vélo cargo compact

L’une des premières raisons qui amènent des gens à franchir le seuil de notre porte de boutique, c’est qu’ils décident en famille ou individuellement de se déplacer en vélo, plus souvent, plus loin. Ce choix nécessite un vélo fiable et sécuritaire, capable de supporter les charges de la vie quotidienne.

Sa géométrie le rend facile d’approche

Le Tern GSD est un vélo cargo longtail, c’est-à-dire que son cadre comprend un porte-bagages arrière intégré, soudé et souvent avec les mêmes diamètres de tubes que le reste du cadre. Il appartient à cette famille de vélos comme les Yuba, les Xtracycle, le Surly Big Dummy ou encore le Kona Ute. Ces vélos sont très populaires parce qu’ils sont faciles d’approche. En effet, leur comportement routier s’apparente à celui d’un vélo classique, demandant peu d’adaptation et se rangeant dans un garage ou une cour. Les individus et les familles se projettent facilement avec ces vélos-là dans leur quotidien.

Parmi les longtails, le Tern GSD est super intéressant parce qu’il est tout petit ou compact. Monté sur deux roues extra-solides de 20 », avec des gros pneus, son centre de gravité est ainsi très bas. En conséquence, il est stable et assez facile à manœuvrer. Il n’est pas long non plus : cela renforce l’impression que ce vélo ne prend pas de place et qu’il se prend en main aisément. 

Malgré ces grandes capacités de «cargo», le Tern GSD est court. Son empattement le situe assez proche d’un vélo «standard». Là encore, cela induit qu’il est plus «évident» à manœuvrer et plus commode à ranger. Ça lui permet encore d’être confortable pour des cyclistes allant de 4’11 » à 6’5 » (150-195cm).

Tern_GSD_longtail_pour_tous

Le Tern GSD est un excellent vélo utilitaire, qui se plie ! Chez Dumoulin Bicyclettes, on préfère dire qu’il est escamotable. Son guidon et sa tige de selle se baissent pour être ramenés au niveau du cadre. Il est aussi possible de le faire tenir à la verticale. Ceci achève de démontrer sa petite taille relative et d’imaginer facilement un coin où le ranger dans le cabanon ou dans le garage.

Tern GSD Vertical

Petit, mais costaud

Malgré sa petite taille, le Tern GSD demeure bel et bien un vélo utilitaire cargo. Une fois que vous avez la plateforme commune, on vous aide à le personnaliser selon vos besoins. Famille avec un ou deux enfants ? Beaucoup d’outils à transporter depuis la maison jusqu’aux chantiers ? L’épicerie à réaliser en rentrant d’une pratique de tennis ? Le GSD est là pour vous aider à laisser de côté la voiture et à embarquer sur un mode de transport actif, écologique et sain.

Pour en savoir plus sur l’ensemble des accessoires disponibles et leurs fonctions, vous pouvez consulter nos deux articles ci-dessous.

-> Tern GSD : un programme de transport de passagers sur mesure

-> Tern GSD : pour les charges lourdes ou volumineuses

Ce qu’il faut retenir, c’est que le Tern GSD est capable d’emporter jusqu’à 200 kilos ! Ceci inclut le cycliste, le vélo et sa charge. Un cycliste moyen doit peser autour de 70-85 kg, le vélo pèse entre 35 et 40 kilos selon les configurations et les accessoires dont il sera équipé. Ça laisse une marge très confortable pour tout le reste !

Le Tern GSD est ainsi un vélo cargo à part entière, facile d’accès et prêt à se transformer en tapis volant des pistes cyclables pour vous rendre aux parcs, aux jeux d’eaux, aux épiceries plus ou moins proches de chez vous !

Plus ou moins loin, facilement ? Parce que ce vélo cargo escamotable est électrique et mécaniquement fiable et sûr. Voyons voir ces points en détails.

Un vélo cargo électrique qui inspire confiance

Un vélo électrique va plus vite. Un vélo cargo pèse plus lourd. Vous ne voulez aucun compromis en matière de fiabilité de déplacements ni de sécurité. Le Tern GSD est équipé en conséquence. Du système de freinage jusqu’aux changements de vitesses, des pneumatiques à l’éclairage, le GSD ne lésine pas et ses composantes sont à la hauteur des attentes.

Une motorisation spécifique et adaptée

Les Tern GSD de 2e génération sont équipés de la dernière mouture du moteur Bosch Cargo Line. L’intégration des moteurs au pédalier est de plus en plus réussie, du côté de Tern, celle des batteries est elle-aussi plus que satisfaisante.

Le moteur Bosch Cargo line c’est plus de puissance à l’accélération et lorsque la cadence de pédalage est plus faible. C’est exactement là qu’un moteur prend tout son sens pour un vélo cargo : vous avez besoin de plus d’élan au démarrage afin d’accéder à une vitesse de croisière sécuritaire. Les 85Nm de couple et l’assistance de 400% en mode turbo vous procure l’assistance dont vous avez besoin.

TERN_GSD_BOSCH

La nouvelle génération de Bosch sera équipée de batteries 400Wh ou 500Wh au choix. Il nous fera plaisir de vous aider à choisir parmi les options qui vous conviendront le mieux et qui seront le plus adéquates à votre réalité.

Une mécanique fiable «bumper to bumper»

Cette petite blague n’est pas anodine. Ce vélo peut largement remplacer une deuxième voiture. Dans ce cas, il se doit d’être suffisamment fiable pour que vous ne soyez pas mal pris un matin avant d’aller à l’école ou au beau milieu des conduites d’activités de la fin de semaine. Les composantes choisies par Tern pour équiper le GSD répondent à ces demandes. Elles sont suffisamment adaptées pour être fiables et sécuritaires.

Par exemple, au niveau du freinage, les freins à disque hydrauliques Magura sont puissants en tout temps. Ils offrent une modulation très confortable : vous pouvez choisir de freiner plus ou moins puissamment, avec simplement deux ou trois doigts.

Les choix de transmissions sont sans équivoque : Shimano Deore Shadow 10 vitesses, Nuvinci Enviolo ou Rohloff 14 vitesses électronique. Sur ces deux dernières transmission, pas de chaine mais une courroie de kevlar Gates Carbon Drive. En gros, peu d’entretien et une durabilité extrême pour une composante essentielle au vélo.

-> Lire plus sur les freins hydrauliques : pourquoi c’est un bon choix

-> Transmission Gates Carbon Drive : quels avantages ?

Pour continuer dans la veine de la sécurité et du sans soucis, vous apprécierez grandement les phares avant et arrière du Tern GSD. Alimentés par la batterie, votre feu arrière signalera par exemple que vous freinez. Ce qu’il faut en retenir c’est que vous serez vus et que vous verrez : un essentiel sur la route pour garantir la sécurité.

Le garde-chaine complet, les jupes sur la roue arrière protègeront et vos pieds et ceux de vos enfants, en s’assurant qu’aucun orteil passe inopportunément dans les rayons de votre roue. Les pneus larges de Schwalbe disposent d’une excellente protection contre les crevaisons et d’une bande réfléchissante sur les flancs, augmentant là-aussi votre visibilité.

La béquille Atlas est forte et stable : vous pouvez charger votre vélo en toute quiétude, c’est fait pour ça ! Restez toujours alerte pour les enfants, mais vous ne devriez pas avoir de mauvaise surprise. Le mécanisme d’utilisation de la béquille a été simplifié pour que les personnes les plus petites puissent l’utiliser sans (trop) forcer.

Question confort, on soulignera que la fourche à suspension avant et la tige de selle Cane Creek Thudbuster viennent améliorer le comportement du vélo sur la route. Là-encore, l’équation confort/sécurité est bien résolue par le Tern GSD.

Des accessoires qui personnalisent votre vélo

La plateforme permettant de transporter des enfants est complète et confortable, les paniers avant, arrière, les sacoches proposées font également de ce vélo un super cargo.

Deux enfants peuvent embarquer sur un Tern GSD. À partir d’un an dans un siège Thule Yepp Maxi Easyfit, et plus tard sur les coussins Sidekick, entourés de barres de sécurité Clubhouse.

On peut penser que vous pourrez transporter vos enfants facilement jusqu’à ce qu’ils soient en mesure de prendre leur envol par eux-mêmes. Si la première génération d’accessoires de Tern était déjà satisfaisante, elle a été améliorée et complétée récemment pour devenir tout à fait l’égal d’une compagnie comme Yuba.

-> Tern GSD : un programme de transport de passagers sur mesure

Concernant les grosses affaires et l’utilisation «service intense», on soulignera que le GSD peut être utilisé comme une mule ! Panier avant «Transporteur Rack», plateforme «Shortbed», pouvant accueillir des boites de plastique (format Européen), grosses sacoches, très grosses sacoches, énormes sacoches (!) pourront vous aider à transporter vos raquettes, votre poche de hockey, votre épicerie, vos outils, etc…

 -> Tern GSD : transporter du matériel en vélo

TErn GSD CARGO BIKE

Conclusion

Le Tern GSD est un vélo cargo de petite taille, parfait pour remplacer une deuxième voiture et pour rouler sur les pistes cyclables autour de chez vous. Il saura se montrer convaincant, et finira, nous en sommes certains, par devenir un réflexe. Autour d’une mécanique fiable, d’une motorisation de référence et d’accessoires qui personnalisent votre vélo, le Tern GSD est un vélo de choix pour solutionner vos défis de déplacements quotidiens.

Tern «Clubhouse Fort» : protéger les enfants des intempéries

L‘une des problématiques à laquelle les utilisateurs de vélos familiaux «longtails» doivent faire face, c’est la gestion des intempéries. C’est une question qui est soulevée régulièrement en magasin. Comment on fait pendant l’hiver ? Comment on fait lorsqu’il pleut ?

À ces questions, nous répondons sans ambage ni gêne que la météo est là quoiqu’il arrive et que ça n’empêche jamais aucune famille de sortir avec les protections nécessaires pour leurs enfants. On pourra désormais ajouter que Tern offre une solution complète afin de braver les intempéries.

Cette solution a été baptisée «Clubhouse Fort». Voyons en détails de quoi il s’agit et comment l’installer sur votre Tern GSD.

 Tern-clubhouse-fort

Le «Clubhouse fort» : de quoi s’agit-il ?

Principalement, on parle ici d’une capote imperméable, la «Storm shield» que l’on vient installer par dessus les barres de sécurité «Clubhouse +». Sur les côtés, des «fenêtres» transparentes qu’il est possible de remonter lorsque le temps est plus clément. À l’intérieur, deux enfants peuvent y être installés, que ce soit sur des sièges Thule Yepp Maxi easyfit ou sur les coussins «Sidekick» de Tern.

La partie inférieure de cet équipement est composée des sacoches Tern «Storm Box», posées et installées sur les plateformes «Sidekick wide deck». Les Tern GSD 2e génération ont en effet des marche-pieds intégrés au cadre du vélo. C’est une mise à jour très intéressante et pertinente. Cependant, les sacoches Storm Box ont besoin d’être solidement installées et sont surtout prévues pour être plus larges : les enfants doivent pouvoir y glisser les jambes. Les marche-pieds sont donc élargis de 12 cm à cette fin.

Les sacoches Tern Storm Box sont énormes et ont plus d’un tour dans leur sac ! Elles permettent par exemple de récupérer les doudous, les mitaines, ou les gourdes échappées des petites mains. Ou encore, d’emporter facilement les sacs à dos de l’école, les boites de lunch ou l’épicerie de la fin de semaine. Il est possible de les utiliser seules : grâce à une doublure que l’on peut remonter sur les enfants, elles assureront quand même une certaine protection à elles-seules. Elles proposent également une petite pochette pour y glisser quelques affaires de la vie quotidienne. Pour terminer sur les sacoches Tern Storm Box, elles sont également fournis avec une couverture supérieure qui permet de protéger les sacoches.

Pour en revenir au Clubhouse fort, un dernier petit accessoire est «nécessaire» : la toute nouvelle béquille Atlas est stable et plus facile à utiliser que jamais sur un vélo de cet acabit. Afin de conserver cette même convivialité, il est recommandé d’installer les extensions de béquilles : celles-ci permettront de bien pouvoir «saisir» la béquille avec le pied.

Tern Clubhouse Fort
Pour résumer, la protection anti-pluie du Tern GSD se compose des éléments suivants :

• La capote «Storm Shield»

• Les barres de sécurité «Clubhouse +»

• Les sacoches «Storm Box»

• Les planches «Sidekick Wide Deck»

• Les extensions de béquille Tern Atlas.

Comment installer tout cela ?

La capote Storm Shield se monte comme une tente, avec des piquets à glisser et fixer sur les barres Clubhouse +. Elle peut donc être retirée pendant les beaux jours et installée assez rapidement à l’arrivée de l’automne.

Les sacoches Storm Box s’enfilent par dessus les barres Clubhouse et se fixent aux plateformes Sidekick Wide Deck. Vous apprécierez pouvoir utiliser la doublure imperméable ou encore la capote plate afin de protéger et même de pouvoir sécuriser vos sacoches et leur contenu.

Il est aussi très facile d’installer les extensions de béquille, comme vous pourrez le lire sur le manuel d’utilisateur.

Puis-je installer le Clubhouse Fort sur mon Tern GSD 1ere génération ?

La réponse est oui, mais ! Il est possible d’installer la capote Storm Shield sur un Tern GSD «Gen 1». Cependant, il n’est pas possible d’y installer les sacoches Storm Shield. Pour installer la capote, il faut les barres Clubhouse de 1ère génération seulement : si on peut installer les Clubhouse + sur un Gen 1, la combinaison Clubhouse + / Storm Shield ne fonctionne pas !

Notez que le Clubhouse Fort a été développé autour de la nouvelle génération de Tern GSD, aussi son utilisation en sera optimisée avec cette dernière.

Des questions ? N’hésitez pas à nous contacter par courriel ou par téléphone !

Lire plus à propos des Tern GSD :

-> Pourquoi un Tern GSD ?

-> Tern GSD : un programme de transport de passagers sur mesure

-> Tern GSD gen 1 vs Tern GSD gen 2 : quelles différences ?

-> Mon penchant pour les vélos électriques : choisir un GSD pour les trajets maison-boulot.

Tern Storm box

Tern GSD : transport de matériel

Le Tern GSD est compact et se faufile partout. C’est un compagnon idéal pour les déplacements quotidiens. Il fait le bonheur de bien des cyclistes pour remplir le frigo sans auto, ou encore pour des travailleurs se déplaçant sur de plus longues distances, se rendant à des rendez-vous professionnels dans la journée, etc. Il peut aussi servir de véhicules à des ébénistes ou des menuisiers, se déplaçant de chantiers en chantiers avec de lourds outils. Les artistes déplaçant du matériel d’art, souvent volumineux, y trouvent aussi leur bonheur, sans oublier les musiciens qui ne se déplacent jamais sans leurs instruments !

La liste est longue des possibilités qu’offrent un bon vélo cargo lorsque vient le temps de se déplacer. Chez Dumoulin Bicyclettes, il nous plait de répondre à ces problématiques de transport avec une gamme de vélos adaptés : le Urban Arrow Shorty, le Bullitt, le Yuba Spicy Curry ou, puisque c’est de lui que nous allons parler dans cet article, le Tern GSD.

Vous verrez qu’avec les bons accessoires et un peu d’imagination, on peut écrire bien des vies autour d’un longtail comme le Tern GSD… et les conjuguer à l’impératif écologique. Se déplacer en vélo est plus que jamais nécessaire, et le Tern GSD rend la chose agréable, facile et sécuritaire. Voyons pourquoi.

[Article en cours d’élaboration, merci de revenir plus tard !]

r14-2Charger_du_PQ_SurTERNGSDtn-clubhouse-bike-eurobox-rear3qtr-web-0tn-clubhouse-eurobox-lock-waterbottle-webdsc05166cargohold52-gsdg2-bucket-grocery-webdsc2256storm-box-gsd2-surfboard-webstorm-box-gsd2-boxes-webtn-transporteur-rack-bike-angle-eurobox-webtn-shortbed-tray-side-eurobox-webtn-shortbed-tray-rear-2-eurobox-webgsd-g2-accessory-lifestyle4_0gsd-g2-accessory-lifestyle2

Tern GSD : un programme de transport de passagers sur mesure

Compact, agile et sécuritaire, le Tern GSD est pensé pour les déplacements quotidiens en famille. La robustesse de son cadre et de ses roues, la fiabilité de ses composantes mécaniques et la motorisation électrique Bosch Cargo Line transforment ce vélo cargo en véhicule ! Oubliez la deuxième auto, vous pouvez simplement sortir votre Tern GSD du garage, attacher vos enfants, et en route sur le tapis volant !

Dans cet article, nous exposerons les différentes combinaisons possibles et quelques scénarios impliquant des familles. Nous parlerons des accessoires comme les barres de sécurité, les coussins ou encore le choix des sièges enfant. Vous pourrez ainsi constater que les accessoires vous permettent de personnaliser votre vélo en fonction des besoins de votre famille, et que vous pourrez modifier les combinaisons, pour évoluer avec la croissance de vos enfants.

[Article en cours d’écriture, revenez !]

Tern GSD _ GEN 2

Tern GSD Gen 2Tern-clubhouse-fortgsd-g2-accessory-lifestyle3GSD-G2-carriesthefamilyGSD-G2-easytomanageGSD-G2-testing

Mon penchant pour les vélos électriques

Allison_Greenlee_SilliconVALLEYbikeCoaltion copie

Allison Greenlee est une militante de la Coalition Vélo de la Silicon Valley (SVBC ci-dessous). Elle a écrit un texte simple et marquant témoignant de son expérience avec les vélos électriques. Elle qui méprisait quelque peu cette catégorie de vélos, s’est rendue compte de leur potentiel magistral, à savoir, faire tomber une à une les mauvaises excuses et remplacer la voiture par le vélo. Une excellente opportunité de vivre plus sainement et plus écologiquement.

Elle nous a gentiment autorisé à publier, traduire et diffuser son texte. Le voici.

 

* * * * *

 

Original version in English

 

* * * * *

 

Je souhaite ici avouer publiquement mes anciens préjugés à propos des vélos électriques. J’ai souvent questionné la place des soi-disant «vélos» électriques parmi le monde cycliste… je suis en voie de guérison, une ancienne sceptique. Voilà, je l’avoue et je me repens.

J’adore les vélos. J’adore regarder des vélos, en posséder, les entretenir, les dessiner… vous voyez le topo. Aussi loin que je me souvienne, j’ai fait du vélo. Enfant, j’étais motivée par la liberté et le plaisir que ça me procurait. Adulte, je roule à vélo pour mon loisir, afin d’apaiser mon esprit, pour des raisons écologistes et parce que ça me permet de faire plusieurs choses en même temps, comme par exemple me maintenir en forme tout en me rendant au travail. Ah la fierté de se pointer au travail avec ce lustre de sueur et ces quadriceps découpés au couteau !

 

Ça en fait des «mauvaises excuses», qui malheureusement emportent la décision régulièrement.

 

Cependant, est-ce que je me déplace tout le temps en vélo ? Aussi souvent que je le pourrais ? Aussi souvent que je le devrais ? La réponse est non. Certains matins, la paresse l’emporte. D’autres fois, j’ai trop de -littéralement- valises, ou encore, je dois me rendre à tel ou tel endroit après le travail. Et enfin, il y a des jours où je suis fatiguée à 17h et m’activer pendant une heure ne me tente tout simplement pas. Ça en fait une somme de «mauvaises excuses», qui malheureusement emportent la décision régulièrement.

 

Notre objectif à la coalition SVBC est de sortir plus d’arrière-trains hors des habitacles automobiles et de les installer sur des selles de vélo. Je crois en cette mission et je travaille fort chaque jour afin de convaincre plus de gens à utiliser des modes de déplacements sains. Facile alors de vous imaginer mes cas de conscience issus de mes contradictions lorsque je décide de conduire pour me rendre au travail.

M’engager à laisser de côté la voiture et utiliser plus le vélo pour ce faire est un défi que je comprends et vis pleinement. Certains jours je n’ai tout simplement pas l’énergie pour pédaler un déplacement de 50 kilomètres. Compréhensible, non ?

 

Pédaler avec assistance n’est pas une tricherie. C’est plutôt brillant, en fait.

 

J’ai essayé un vélo électrique pour la première fois à Seattle, sur un vélo en partage. Sans attente et plongeant dans l’inconnu, j’ai poussé sur les pédales et ai immédiatement ressenti cet élan initial au démarrage. Je dois vous l’avouer, ça m’a enivré ! Ce fut une balade rapide et une manière plaisante de découvrir la ville. Lors de mes déplacements suivants à Denver et NY, je me suis surprise à chercher ces vélos électriques parmi la flotte de Bixi. Monter et descendre en «roue-libre», presque sans effort le pont de Brooklyn fut enthousiasmant. Je crois que c’est là que tout a changé dans ma vision du vélo électrique.

 

Bien que je possède et chérisse déjà quelques autres vélos, j’ai commencé à considérer l’achat d’un vélo électrique. Je devais encore faire face à quelques objections mentales – mes propres opinons naives sur le sujet – qui pouvaient se traduire comme suit : «un vélo, ça avance grâce aux mollets» ; «non mais quel est le rapport entre un vélo électrique et un vélo ? aucun. » ; «c’est de la triche». Je me rends compte alors que j’écris ces lignes à quel point ces opinions sont teintées d’ingénuité. Tricher ? Par rapport à quoi ? Le navettage quotidien n’est pas une course. Et à moins que vous ne soyez un pro, faire du vélo n’est pas faire la course ! Pédaler avec assistance n’est pas une tricherie. C’est plutôt brillant en fait.

 

 

Lire aussi le témoignage de Guenièvre : « »Pépère » ? Non, si je n’étais pas en vélo [électrique], je serais en voiture»

 

 

Vous voyez où je veux en venir. Je suis désormais la fière propriétaire d’un vélo électrique et j’adore ça. J’ai fait beaucoup de recherches et d’essais avant de trouver le meilleur VAE pour mes besoins. Il est polyvalent. Il est compact et puissant, capable de beaucoup. J’ai voulu quelque chose qui puisse porter mes valises. J’ai souhaité un petit coup de pouce pour «remorquer» Elaeann notre mascotte canine de 90 livres…

Découvrez le choix d’Allison

J’ai fait la grande première la semaine dernière et laissez-moi vous dire que ça change le cours de l’existence !

 

J’ai fait la grande première la semaine dernière et laissez-moi vous dire que ça change le cours de l’existence ! C’est un plaisir et cette satanée côte dans le dernier kilomètre avant d’arriver à la maison ? Sans suer… Ok, un petit peu, mais plutôt une sueur bénie, emplie de fierté !

 

 

Pour conclure, je me suis rendue compte que mon orgueil n’avait pas lieu d’être : se déplacer au quotidien à vélo ne doit pas être un sport. Je ne suis pas moins cycliste à cause de mon assistance électrique. J’ai remis en cause mes préjugés et aujourd’hui, je remets en cause mes excuses !

Les vélos électriques changent les règles du jeu et je suis impatiente de voir de plus en plus de gens remettre en cause leurs mauvaises excuses.

 

 

Lire d’autres témoignages :

 

«Chronique d’un essai de vélo électrique»

«0-32 km/h en un coup de pédale»

Découvrir notre offre de vélos électriques

 

Tern GSD - velo électrique

 

= = = = = = = = = =

 

Acknowledging My (E)Bias about E-Bikes

 

I want to publicly acknowledge my former bias about e-bikes. I am a recovering judger, a non-believer, and I even questioned the legitimacy of e-bikes amongst ‘real’ bikes. There, I’ve said it and I’m sorry.

I love bicycles. I love looking at bicycles, owning bicycles, working on bicycles, drawing bicycles – you get the picture. And, I’ve ridden bicycles for as long as I remember. As a kid, my motives were driven by freedom and fun. As an adult, I ride for recreation, peace of mind, environmental reasons and it allows me to multitask – I get a work out in while commuting to and from work. Oh, the pride of showing up at work with that sweaty glow and firmer quads!

 

But, do I bike commute everyday or as often as I could? No. Some mornings I’m lazy. Some days I have more baggage (literally). Some days I have errands after work. And, some days I’m tired at five o’clock and I don’t want to work out for an hour. This adds up to a whole lot of convenient excuses and sadly, convenience often wins.

 

Our goal at SVBC is to get more butts out of cars and onto bikes. I firmly believe in our mission and work hard everyday to encourage more people to use healthy transportation. Imagine the internal friction I have when I drive to work! Committing to ditch the car and use the bicycle more often is a challenge I can relate to. Some days I just don’t have the energy to commit to a 25 mile bike commute – am I right?!

I first rode an e-bike in Seattle when I hopped on a bike share pedal assist. Not knowing what to expect, I pushed on the crank and felt that initial little boost. I gotta admit, the boost made me a bit giddy, it was a zippy ride and a fun way to explore a city. My next trips took me to Denver and New York where I found myself actually looking for a pedal assist amongst their shared fleets. Cruising almost effortlessly up and over the Brooklyn Bridge was gleeful. I’ll consider this my tipping point.

 

Despite already owning several beloved bikes, I began considering adding an e-bike to my own fleet. But, here’s what I was up against – my own naive opinions about e-bikes which looked like this: ‘bikes are for riding – by human generated power’. ‘what’s the point of an e-bike, it’s not really biking’. ‘it’s kind of cheating, isn’t it?’ I cringe as I write this because my thoughts look super ignorant in writing. Hahaha – cheating what?! Commuting isn’t a race. And, unless you’re racing, riding a bike isn’t a race. Riding an e-bike is not cheating. It’s quite brilliant, actually.

 

You know where this is going. I am now the proud owner of an e-bike and I love it. I did a lot of research and test riding before I committed to the purchase and I now own the best e-bike for my needs and wants. It’s versatile. It’s compact. It’s tidy but mighty. I sought something that would allow me to haul my baggage. I wanted a little assistance while towing our 90 pound office dog, Eleanor, to work in her trailer. I had my inaugural commute last week and let me tell you, this is a game changer. It’s a pleasure to ride. And that bloody hill in the last mile just before arriving home? No sweat. Ok, there is sweat, but it’s a blissful sweat.

 

Check Allison’s choice here

In summary, I realized it was my ego getting in the way – bike commuting does not have to be an endurance sport. I am no less a bicyclist because of my e-boost. I challenged my bias and now I will challenge my excuses. E-bikes are a game changer and I look forward to seeing more and more people embrace the opportunity to challenge their own excuses.