Tag Archives: Vélo Cargo

Urban Arrow Family

Urban Arrow Family : la minivan familiale

Le Urban Arrow Family est probablement la meilleure alternative à posséder une voiture familiale. La marque a compris que le mode de vie vélo cargo implique beaucoup de «compromis» et que parfois ces compromissions sont désagréables au quotidien. Afin de minimiser les regrets («ah, si j’avais une auto»), et de maximiser le plaisir de posséder un véhicule urbain complètement conçu pour l’utilisation familiale, Urban Arrow a créer une série d’accessoires particulièrement bien réussis qui permettent de rendre l’expérience de l’utilisateur encore plus agréable.

 

Venez essayer le vélo ! Parlons-en ! Parlez-en… Voici une alternative très sérieuse à la voiture !

 

Une capacité hors norme

 

Même pour la catégorie des vélos cargo, les Urban Arrow sont impressionnants et sans commune mesure. La boite avant du «Family» est longue et robuste, ce qui signifie que l’on peut aisément transporter de deux à quatre enfants, et la capacité totale du vélo (incluant le «pilote») atteint le plateau des 275 kilogrammes (605 lbs) !

 

Urban_Arrow_Family

 

Un vélo qui reste manoeuvrable

 

Le Urban Arrow demeure facile à prendre en main et à conduire. En grande partie parce que le moteur Bosch donne l’élan nécessaire pour atteindre une petite vitesse de croisière. Il ne faut pas minorer l’importance du système de changement de vitesse : le NuVinci Enviolo N380 ! Qu’est-ce ?

Un moyeu interne sans vitesse… Ou plutôt, avec une multitude de ratios différents, que l’on peut atteindre très simplement en tournant la poignée. Le Nuvinci n’a pas de «plateau» de vitesse : tournez la poignée vers «terrain accidenté» ou «terrain plat» et le moyeu s’adaptera, sans a-coup.

Ça change tout quant à la simplicité d’utilisation !

Family_Benefit_4

 

Urban Arrow met en avant la sécurité

 

Le vélo cargo Urban Arrow ne fait pas de compromis : il axe toute sa conception et sa philosophie sur le confort et la sécurité des enfants et du cycliste. Tout d’abord, les enfants sont situés assez «bas» afin d’abaisser le centre de gravité et favoriser la stabilité du véhicule. La roue avant de 20’’ contribue à cela ainsi que la boite en elle-même. Ensuite, une mousse de protection en polypropylène expansé offre une sécurité accrue pour les passagers. Le Urban Arrow Family vient également avec deux feux avant et arrière, ainsi que quatre réflecteurs particulièrement bien «intégrés». Les ceintures à trois points sont ajustables et facile à employer. Enfin, grâce à la béquille double, c’est un jeu d’enfant pour les plus grands que de grimper dans la boite.

Côté mécanique, les freins à disques hydrauliques Shimano Deore M6000 avec des rotors de 180mm proposent une puissance de freinage très adéquate, et ce, en tout temps.

-> Lire plus sur les avantages des freins à disques

 

Vélo et accessoires conçus par des parents cyclistes, c’est assuré !

 

Le cadre du Urban Arrow family est robuste et l’impression générale que donne ce vélo est celle d’une grande minivan. Les haubans arrières du cadre viennent se rejoindre juste devant le pédalier pour «enchâsser» la transmission. De plus, un protecteur de chaine s’ajoute à cette encadrement pour un résultat unique : la chaine ne vous salira pas et ne vous laissera pas tomber.

Pour les accessoires, la série de vidéos d’Urban Arrow sont édifiantes. Il est certain que ce sont des parents qui ont créé et pensé ces petits riens ! Un poncho qui ne fait qu’un avec la cabine anti-pluie, un adaptateur pour Yepp Mini, la possibilité d’installer une coquille Maxi-Cosi pour les tout-petits, un filet de transport pour votre cadenas, un bâche de protection contre les vidanges : on l’avoue Urban Arrow nous devance alors que nous pensions à créer tous ces accessoires ! Paroles d’utilisateurs de cargo : ces petits trucs changent la vie !

Tout est fait pour que le vélo soit comme un véhicule : garde-boue, lumières, assistance électrique, confort, commodité. Au lieu de tourner la clé dans le contact, vous n’aurez plus qu’à tourner les jambes !

 

Assistance électrique «Bosch Performance» : parce que forcer ne devrait pas être une fatalité

 

En matière d’assistance, vous aurez le choix entre la ligne Bosch Performance et la ligne Performance CX. Les deux moteurs offrent une puissance de 250W mais une capacité de démarrage (couple ou «torque») plus élevée. La batterie venant avec la ligne Performance CX est également plus forte puisqu’elle offre une capacité totale de 500Wh (contre 400 Wh pour la Bosch Performance). Ce qu’il faut retenir, c’est que cette assistance va vous permettre de vous élancer rapidement, ce qui réduit l’incertitude et le zigzag au démarrage, ensuite vous aurez assez de puissance et d’autonomie pour vous déplacer avec un minimum d’efforts et un maximum d’efficacité. Tout ça écologiquement.

 

 

Pour conclure, un petit mot sur le prix du Urban Arrow Family. Comme on peut s’y attendre, un tel véhicule ne coûte pas 500$ ! Il est certain que l’on peut aisément comparer le prix d’achat de ce vélo cargo à l’achat d’une auto (d’occasion). C’est d’ailleurs l’une des réflexions les plus entendues… «À ce prix-là, je m’achète une voiture». Sans s’attarder sur un détail des coûts d’utilisation et de pollution de l’auto, il faut que l’on se dise : le vélo me coûte en effet pas loin de de 10000$ une fois. Dans deux ans, il ne m’aura coûté que 10300$ (budget «entretien» de 300$ par année). Dans quatre ans, il n’aura coûté que 12000$. Combien, en quatre ans, coûte une auto ? Son assurance ? Son essence ? Son entretien ?

Quoiqu’il en soit, nous sommes bien conscients des investissements que cela engendre pour un budget familial. Même si nous sommes persuadés qu’il n’y a pas de raison de ne pas consacrer ce budget au déplacement, nous prenons part à l’effort. Ces vélos sont éligibles à du financement grâce à Accord D.

Essayez les vélos et parlons-en !

urban-arrow-family-pic

 

– – – – – – – – – –

Suivez-nous !

 

Facebook

#dumoulinbicyclettes

Yuba Boda Boda Vélo de déplacements parfait

Mon Yuba Boda Boda, un vélo de déplacements génial

Mon Yuba Boda Boda est le meilleur vélo de ville qui soit. Si si ! J’en suis convaincu. Et c’est ça le principal ! Cette affirmation complètement subjective s’appuie pourtant sur mon expérience (j’ai la chance d’essayer beaucoup de vélos) et sur des résultats concrets. Voici pourquoi selon moi, le Yuba Boda Boda V3 «Tout terrain» est un vélo de déplacements extraordinaire.

 

L’ordinaire ? Des déplacements qui simplifient la vie

 

«Hé patron ! Un ordinaire !». L’ordinaire, c’est ce qui constitue habituellement le repas (cf. «ordinaire», CNRTL). Pour moi, l’ordinaire se constitue de quelques kilomètres de déplacements en vélo, de la maison au boulot, en passant par la garderie, ou autrement qualifiés de «pendulaires». Le Yuba Boda Boda v3 améliore mon quotidien depuis presque trois ans grâce à sa commodité, sa fonctionnalité, et sa fiabilité.

 

 

Un vélo commode, pour tous. Des accessoires au diapason.

 

J’ai la chance de pouvoir essayer de nombreux vélos et accessoires de cyclistes dans ma vie. Ce qui m’importe c’est de me faciliter la vie. Un objet, quel qu’il soit, doit pouvoir me rendre un service, simplement, rapidement. Répondre à mes attentes et mes ordres. Mon vélo, c’est cet objet qui ne me déçoit jamais. Il est fiable, il est solide, il a un potentiel énorme, et il ne s’arrête pas parce que la rue est bouchée.

Je peux facilement installer le siège Yepp Maxi Easyfit sur le «porte-bagage» du vélo, puis en quelques secondes le laisser attaché sur le balcon du service de garde. C’est simple et confortable pour mon fils, comme pour sa mère. Elle peut ainsi à son tour l’installer sur son vélo et récupérer notre enfant.

Une fois la case «service de garde» cochée, je poursuis ma route avec plaisir vers la boutique. Il m’arrive de pédaler fort pour rattraper le temps. Malheureusement, je n’ai pas encore trouvé la «gugusse» magique d’Harry Potter pour ça…

La sacoche Yuba Baguette est impressionnante par le volume qu’elle offre. Je la laisse toujours accrochée sur le vélo, peu importe si je suis avec Marius ou non. Aussi, lorsque je dois passer à l’épicerie, je peux toujours bénéficier de son potentiel. À l’intérieur, des sangles diverses qui me permettent d’accrocher à peu près tout ce que je veux sur le vélo : un nouveau bac de compostage, des pots de peinture, des fleurs, un paquet de plus de 100 rouleaux de papier hygiénique, du paillis pour notre carré vert… Bref, la vie !

Et pas seulement parce que je suis papa. Tout citoyen a ce genre de «trucs» à embarquer, j’en suis certain. Pour les papas, il est possible d’embarquer son fils, de la bière, des chips, des biscuits, des couches PLUS la poussette parapluie (au cas où l’envie de grimper le Mont Royal vous prend). Si si… Testé et approuvé, j’ai des témoins !

La béquille double rend le vélo super stable lorsque j’en ai besoin : c’est-à-dire, pour charger les affaires et mon fils. Le petit ressort  «deflopilator» reliant la fourche au cadre équilibre le Yuba lorsque sur la béquille. Cet équilibre permet d’installer son cadenas tranquillement.

D’ailleurs, en parlant de cadenas la barre de roue «pinlock» rend les arrêts temporaires vraiment faciles. Ce cadenas se loge dans la roue arrière lorsque nécessaire, et grâce à son ressort intégré, se retire en quelques secondes. Pour le transporter, j’utilise les trous percés dans le cadre à cet effet. Commode, je vous dis !

Enfin, j’ai choisi d’installer des lumières sur le cadre de mon vélo. À l’avant une Eyro de Busch & Muller, et à l’arrière une Spanninga Duxo. Moins puissantes que des lumières Light & Motion, ces deux phares sont néanmoins super satisfaisants : ils sont toujours présents sur mon vélo, fiables et sécuritaires. Je n’ai pas à m’en soucier, sauf pour recharger les batteries, ce qui n’est pas aussi fréquent qu’avec des lumières bien plus puissantes. Conséquence ? Je n’oublie jamais les lumières ! Je suis toujours en sécurité, peu importe les conditions. Pas de sac à dos placé dans le chemin du feu arrière, pas de lumière pointée vers le bas, en berne. Ça ne clignote pas dans tous les sens, c’est pratique et sécuritaire.

 

Facile à manoeuvrer

 

Le Boda Boda est probablement le vélo cargo qui se rapproche le plus d’un vélo classique. Je pourrais complètement envisager de partir en cyclotourisme sur ce vélo. Le défi serait de ne pas trop le charger, tellement il est capable d’en prendre. Sur de nombreux terrains de jeu, il se comporte réellement bien.

La charge ne se ressent pas vraiment lorsque je roule. Le cadre est assez rigide pour soutenir sans problème les kilos chargés. Il est stable sur la route, ne tremble pas et on garde un excellent contrôle de la direction.

Le vélo n’est pas plus large qu’un vélo classique : il ne prend pas plus de place sur la route que la largeur de son guidon. Aussi, il est certainement moins «joueur» dans le trafic qu’un Brompton, mais il autorise tout de même des belles remontées de files de voitures immobilisées dans les embouteillages !

Une fois arrivé à destination, il se «stationne» facilement. Ce n’est pas rare pour moi de le laisser dans la rue, entre deux autos, sur la béquille, tel une moto.

 

 

 

Un vélo fiable

 

C’est grâce au Yuba Boda Boda que je suis tombé en amour avec les freins à disque hydrauliques. Auparavant, je me disais que c’était peut-être un peu trop pour la ville. Que nenni! Cette mécanique a forcé mon admiration par sa sécurité, sa fiabilité et son confort d’utilisation.

En tout temps, que je sois très ou moins chargé, je suis certain que mes freins ont la force de m’arrêter. La météo n’est pas bonne ? Ce n’est pas grave : cela n’influence en rien la qualité de freinage. À peine la distance est-elle plus grande lorsqu’il pleut ou neige, mais cela est dû aux conditions de route. En adaptant sa vitesse, on réussit sans problème à conserver le même niveau de sécurité.

> pourquoi les freins à disque hydrauliques sont pertinents sur un vélo de déplacements

De plus, ils sont vraiment fiables mécaniquement parlant. En presque trois ans d’utilisation, je viens de changer pour la première fois les plaquettes de freins. Je roule tous les jours, à l’année longue. Depuis qu’ils avaient été installés et rodés, je n’avais plus touché aux ajustements. Pour moi qui suis très occupé et vivant le complexe du «cordonnier mal chaussé», je trouve que c’est un investissement qui justifie pleinement sa valeur.

Malgré les charges, malgré les nids de poules, malgré l’utilisation intensive annuellement, mes roues n’ont pas bougé : c’est-à-dire qu’elles ne se sont pas voilées. Les jantes à double-paroi et oeillets ont fait leur oeuvre. Peut-être faut-il aussi créditer les pneus plus larges qui non contents de m’octroyer un bon confort, protègent aussi certainement les roues.

La transmission est polyvalente, précise, fiable et je ne suis jamais à cour de vitesses.

> Transmission : qu’est-ce que c’est ?

Les garde-boue fixes sont aussi essentiels : c’est un ajout discret sur le vélo, mais c’est véritablement un point majeur. Je ne peux pas imaginer ne pas avoir de garde-boue me permettant de ne pas avoir les souliers trempés plus souvent qu’autrement, protégeant également les personnes qui me suivent sur la route.

Je suis plus que satisfait d’avoir opté pour le Boda Boda. Il correspondait en tout point à mes attentes et ces dernières n’ont pas été déçues. Il m’a simplifié la vie. Simplifié mes déplacements, et m’a permis de garder mon style de vie sans voiture.  Je crois qu’en l’état, je n’ai plus rien à améliorer ou à ajouter sur ce vélo de déplacements ! Et ça, pour un passionné, c’est pas peu dire !

Je suis impatient de voir comment on pourra l’intégrer dans notre vie avec une famille qui s’est agrandie récemment. Pour le moment, il n’y a pas d’enjeu de déplacements à vélo avec les deux enfants. Je sais que ça se fera. Peut-être qu’alors aurai-je besoin soit de plusieurs autres accessoires, soit d’opter un pour vélo avec plus de capacité. Que sera sera.

 

Lire plus

 

> Yuba : changez votre quotidien

> Un matin père-fils en Yuba Boda Boda

> Les sièges de vélo pour enfants : Thule Yepp

> C’est l’été, d’une pataugeoire à l’autre en Yuba !

 

 

Yuba-Boda-Boda_Ruelle-giraffe-vélo-de-déplacements

Un enfant, une sacoche pleine. Capable, point.

Yuba Boda-boda-V3-vélo-de-déplacements

Classique. Le sapin de Noël !

Yuba-Boda-boda-V3

Une maman. Un enfant. Une cocotte-minute. Deux sacs pleins.

Yuba-Boda-Boda-V3-vélo-de-déplacements

Mon nouveau bac de compostage. Tout simplement.

Yuba-Boda-Boda-V3-All-Terrain-Vélo-de-déplacements

Jean, un autre propriétaire de Yuba Boda Boda V3 TT. Deux enfants ? Oui ! C’est faisable aussi !

CicloMapping_VJ_SUAVE

Mapp_MTL, exploration de la ville

Vous le savez, chez Dumoulin Bicyclettes, on aime la ville et ce qui se rapporte à sa culture, sa vie, son quotidien. Nous sommes explorateurs et à notre mesure, nous encourageons chacun de nos clients à se connecter avec la société humaine citadine.

MAPP_MTL from MAPP_MTL on Vimeo.

 

> Contribuez à ce projet en finançant à votre mesure Mapp_MTL ! 

Se connecter ? Pour voir et entrevoir, apercevoir et entendre. Écouter et ressentir. Il n’y a pas qu’Internet ou les cellulaires qui peuvent relier les gens. Intrinsèquement, lorsque nous vivons en ville, nous nous côtoyons. Nous sommes société.

Lorsque des projets nous proposent de garder l’humanité au centre de ces amalgames de vies, nous nous emballons. Lorsque Mapp nous a demandé de collaborer à ce projet, nous avons tout de suite embarqué. Non seulement on montre à tous que l’on peut créer autour de ce support incroyable qu’est le vélo cargo, mais surtout le médium «mapping» nous donne à voir la ville sous d’autres lumières.

Mapp_MTL

Jean-Sébastien Baillat

 

Montréal a une identité «techno» qui lui est propre. Les artistes du monde entier viennent collaborer ici ! La programmation de cet événement ne manquera pas de souligner cela et de vous faire découvrir des nouvelles disciplines, emballantes et enrichissantes. Ne manquez pas la promenade «cyclomapping» avec VJ Suave, c’est le 8 octobre de 18h30 à 20h. L’équipe de Mapp_MTL vous invite tous !

> Programmation et détails ici 

Processed with VSCO with c1 preset

Mapp_MTL (VSCO-C1Preset)

Yuba-Boda-Boda

Un matin père-fils en Yuba Boda Boda

Je me suis gâté. Avant la fête des pères ! Depuis quelques semaines, j’ai le plaisir de rouler un Yuba Boda Boda V3. Vélo cargo familial, compact, passe-partout, il me permet d’emmener mon fils dans mes petites et grandes promenades autour de la maison. Plus tard, il nous servira à le conduire à la garderie, puis à l’école.

Le Boda Boda c’est mon nouveau vélo de ville. Tout simplement ! Adapté à mes besoins, il me permet de me rendre au travail en une quinzaine de minutes, de faire le marché avant de repartir à la maison, de promener Marius quand je le veux. Ce vélo a étendu nos possibilités.

C’est un mardi de mai. Le temps est superbe depuis quelques jours et la chaleur printanière nous permet d’entrevoir les bonheurs estivaux. Ça me rappelle aussi (un peu douloureusement) que les bébés n’aiment pas trop ça. Marius, mon fils, vous l’aurez compris, se réveille vers 6h15. Je prends mon quart de veille. Ce petit-là est encore fatigué, autant que son père, mais ne sait quoi faire. Il se sent las. Au bout d’une demie-heure de jeu, de rampage à quatre pattes et de pleurnicheries, je décide de sortir et de profiter du matin.

Ni une, ni deux, après quelques préparatifs, (notamment le biberon de monsieur), nous voici partis. Direction le parc Laurier. Le soleil est franc, l’air est doux et c’est un plaisir que de rouler aux côtés des journaliers sur les pistes cyclables, au milieu des joggeurs. Marius savoure. Je me délecte.

Moment de grâce.

 

Yuba-Boda-boda-Laurier-4

Si si, il est content… Je vous jure !

Le Yuba Boda Boda est vif pour un vélo de cette envergure. Je me faufile aisément à travers le trafic du matin et me projette vers la merveilleuse véloroute est-ouest de Des Carrières. Pas de lumière, pas de stop. Rien que du petit gravier qui se soulève en une poussière grise sous les pneus. J’admire les nouveautés de la nuit laissées là gratuitement par les artistes de la rue. Je constate que les grillages se font toujours autant arracher. Ça fait plus de 50 ans que ça dure (témoignage de mon beau-père à l’appui) et aucune politique n’a décidé de créer une ou deux passerelles pour traverser la voie ferrée. Je me perds un peu dans ces considérations. Le Parc Laurier est en vue.

 

Moment d’intériorisation.

 

Il est 7h30 du matin. Des jardiniers sont occupés à parfaire les parterres. Le soleil perce à travers les branches des arbres. Certains courent, d’autres utilisent les installations «Trekfit». Le matin se met en route. Tranquillement mais sûrement. Je cherche un café (pas si facile que ça à trouver à cette heure). Finalement, c’est à la Brûlerie St-Denis que je trouve mon bonheur. Pendant que la charmante barista prépare le breuvage, tout en douceur, Yves… ce cher Yves de Radio-Canada me lance une dédicace. Il évoque des embouteillages sur Repentigny, une situation difficile dans l’Est… et le beau-temps, les pistes cyclables pleines et même un papa avec son fils se promenant. Vous connaissez sûrement ce moment… On parle de vous à la radio, vous en êtes certains. Tout l’indique. Les signes parlent : je n’écoute jamais radio-canada le matin, les chroniques sur la circulation m’énervent (entre autres choses). Pourtant, je vois cette affiche me disant que Gravel veut m’envoyer sur les Ramblas de Barcelone. Et là, Yves Desautels me parle. À cet instant, je suis sûr que c’est à moi qu’il fait référence. Zlatan, on est tous des légendes.

Moment de gloire.

Nous nous installons sur une table de pique-nique. Je bois mon café, mange ma viennoiserie et en fait profiter un peu Marius (chut, secret papa-fils). Je sors le biberon, Marius boit. On regarde tous les deux autour de nous. Les jardiniers, les gens qui passent, les abeilles qui volent dans le soleil. Ça fait du bien de manger. Tiens, du bruit. Un camion citerne au milieu du parc ? Que se passe-t-il ? Yuba-Boda-Boda-Laurier-3Interrogations. Curiosité. Scepticisme. Soudain, le vacarme d’une pompe. Ce camion n’est pas là pour vider une fosse septique. Au contraire, il nous envoie des effluves fort agréables : du cèdre. Ah ! C’est comme ça qu’on ajoute du paillis de cèdre autour des jeux d’enfants !

 

Moment de découverte.

Nous fuyons un peu le bruit. Marius commence de toute manière à montrer des signes flagrants d’épuisement. Un vacarme peut facilement succéder à un autre ! Sur la piste cyclable, nous rencontrons un ancien collègue. Ça faisait longtemps ! «Salut Arthur, on se revoit bientôt». Au plaisir. Vite vite, le petit s’endort. Je bénis ma transmission hyper adaptée. Je glisse les vitesses instantanément et j’ai le braquet idéal. Mes freins hydrauliques sont un bonheur : ils me permettent de contrôler avec assurance la puissance du freinage. Mes pneus larges absorbent les chocs. Tout est doux sur ce vélo. Trop. À quelques encablures du but, je sens sa tête dans le bas du dos. Marius s’est laissé allé. Zut ! un peu trop vite, il faut que je termine la balade en lui maintenant la tête. Désavantage du Yepp Maxi. Il n’est pas conçu pour les siestes. Peu importe, deux minutes après, je suis dans notre cour, je détache le petit et le mène au lit. Il est 8h30. Yuba-Boda-Boda-Laurier-2J’ai l’impression d’avoir déjà accompli une journée entière. Pourtant elle ne fait que commencer. Je ne suis plus fatigué, j’ai la tête plein de belles choses, le coeur remplit d’émotions positives.

Moment de contentement.

 

Je pars pour la boutique. J’ai l’heur de prendre mon temps. J’ouvrirai de bonne heure.

Moment père-fils de qualité. Bon courage à tous ceux qui s’enferment dans un habitacle de métal pour vivre de tels moments !

Pierre-Marie, co-propriétaire de Dumoulin Bicyclettes

Yuba_Boda Boda_V3_So_2

Magasinez ici votre Yuba !

Action_Yuba_mundo

Vélo cargo Yuba Mundo: des utilisateurs en parlent

Voici des parents qui ont choisi le Yuba Mundo : ils nous livrent leur témoignage et nous expliquent les raisons qui ont amené à leur achat.

Ce témoignage d’utilisateurs recoupe notre discours en ce qui concerne les vélos cargo : profitez de la vie à vélo, avec votre famille, c’est possible !

 

 

Magasinez votre vélo cargo ici

Action_Nihola_Family

Nihola Family, un vélo cargo agile

Le Nihola Family est une solution pour les familles à vélo. Agile, relativement compact et léger, avec un centre de gravité hyper stable et une direction indépendante de la boite, vous aurez avec vous un allié de choix pour tous vos déplacements actifs !

Vous souhaitez porter vos enfants à la garderie ou à l’école ? Vous transportez beaucoup de choses, tous les jours ? Vous voulez promener votre chien et l’emmener trotter dans les parcs Nature de Montréal près de chez vous ? Ou encore, faire prendre l’air à votre grand-mère et lui offrir quelques instants précieux en lui montrant la beauté des berges de notre île ?

Assez petit pour ne pas être pris dans le trafic, assez grand pour loger toute la famille (version pour 2 ou 4 enfants), le Nihola Family peut se verrouiller en un tour de clé grâce à son cadenas de roue AXA (inclus). La capote amovible (aussi incluse) vous permet de braver vents et marées pendant que vos rejetons restent au sec. Son mécanisme de direction est d’une étonnante stabilité et sa tenue de route impeccable.

Nul besoin d’avoir un garage ou de le monter à l’appartement, le Nihola est conçu pour braver les intempéries. En effet, ses composantes, sa peinture ainsi que sa fabrication danoise lui confèrent toutes les qualités nécessaires pour coucher hors de sa niche. On vous suggère tout de même de vous procurer un 2e cadenas pour éviter qu’il ne se balade seul la nuit.

Vous pouvez transporter 2 enfants jusqu’à environ 10 ans à l’avant et utiliser le porte-bagage arrière pour un 3e enfant ou pour augmenter votre capacité de chargement.
Pour ceux qui voient les déplacements autrement.
Un vélo ? Une philosophie. Une inspiration et un modèle d’humilité et de dévouement.
Tentez l’aventure Nihola !

Magasinez ici nos vélos cargo et découvrez l’univers de Nihola ici

 

 

 

Découvrez le témoignage d’utilisateurs

babboe big

Vélo cargo Babboe Big, l’alternative en vidéo

Le vélo cargo Babboe big est une solution pour les déplacements alternatifs en famille.

Plébiscité par de nombreux parents européens, c’est un vélo cargo simple, sécuritaire, et très polyvalent. Il s’agit de notre vélo cargo à la plus grande capacité.

Nous l’appelons très tendrement le «pick up» à pédales. Comprenez : vous avez un ou plusieurs enfants à amener à l’école ou la garderie ? Utilisez un vélo cargo et faites resplendir vos enfants et vous-mêmes !

Venez vous rendre compte par vous-même du potentiel de nos vélos cargo, louez-les pour une journée ou plus et mettez-vous dans la peau de parents efficaces, sereins, progressistes et en santé grâce à leurs déplacements !

Bon visionnement !

Un truc pour la compréhension des commentaires : activez les sous-titres automatiques de youtube.

 

Magasinez ici nos vélos cargo.

wp-feature-img-2

Témoignage d’utilisateurs de vélo-cargo

Vélo-cargo : l’art de rester fidèle à ses valeurs

Un enfant, une voiture. C’est une équation répandue parmi la population montréalaise, et plus globalement, parmi le monde occidental. Mettre un enfant au monde, c’est une responsabilité qui pèse de tout son poids sur le quotidien et les déplacements des parents. Garderie ou famille ne sont pas toujours à quelques minutes de marche, le panier de l’épicerie grossit, la poussette ne se porte pas sur les épaules, un enfant ne marche pas vite, etc.… Autant de raisons de se persuader qu’une voiture est une nécessité.

Certains parents restent pourtant à l’écart de la tentation de la pétro-mobilité. Ce sont des cyclistes convaincus, au mode de vie volontairement plus simple, plus libre, moins coûteux et respectueux de l’environnement. Lorsque beaucoup choisissent d’infléchir leurs convictions et ferment les yeux sur leurs renoncements, eux refusent l’abdication. Ils continuent à rouler en vélo l’année longue, beau temps mauvais temps, passant à travers les quatre saisons du Québec. Ils sont des preuves vivantes et inspirantes que cela est possible, sécuritaire, pas si difficile et sacrément enthousiasmant.

Avoir un enfant ne devait pas modifier leurs habitudes

 

Lucie-Lila-Nihola

Lucie et Mathieu sont heureux. Depuis deux ans, leur petite fille Lila emplit leurs vies de sourires et de surprises. Ils dégagent une aura de dynamisme et de sérénité. Lucie a beaucoup voyagé en tant que danseuse contemporaine. Depuis quelques temps, elle cherche d’autres hauteurs et s’élève pour devenir maitre-charpentier. Mathieu est chef de la cuisine du Robin des Bois, célèbre restaurant du boulevard Saint-Laurent, où il est démontré tous les soirs que l’esprit d’entreprise et d’initiative n’est pas incompatible avec celui de solidarité et de partage.

Etienne et Raphaëlle sont les parents heureux d’Albert, ”grand” petit bonhomme de quatre ans. Etienne est copropriétaire de Dumoulin Bicyclettes. Il est passionné par le vélo. Il a une foi chevillée au corps, le deux-roues (ou trois !) est LA solution pour rendre nos villes plus saines et agréables à vivre, moins endettées. Ces deux couples ont en commun un mode de vie alternatif, basé essentiellement sur le vélo. Ils n’ont pas de voiture. Ils ont mieux : un Nihola !

Pour eux tous, avoir un enfant ne devait pas modifier leurs habitudes. Lucie aurait été frustrée au volant d’une auto ou dans les transports en commun. Mathieu se serait senti moins à sa place dans la société. Il fallait à Etienne trouver un moyen de conduire Albert à la garderie et aller travailler durant l’hiver, en toute sécurité.

Il existe bien des vélos-cargos. Des longs, des compacts, des deux-roues avec une boite devant soi. Intéressants mais qui requièrent de garder l’équilibre en tout temps. Pas si évident lorsque la neige et la glace recouvrent la chaussée… Non, la solution était simple : un trois-roues ! Une grosse boite sur trois roues, avec un banc pour le petit et un toit pour le protéger des intempéries. Et de la place, beaucoup, pour les charges du quotidien. Solution simple, mais encore fallait-il trouver le bon produit et concrétiser son achat.

 La lumière vint du Danemark, comme souvent en matière de vélo de transport. Un Nihola était la solution qui s’imposait d’elle-même : un vélo fiable, pas trop lourd, capable d’embarquer jusqu’à deux enfants. La caisse est située assez bas ce qui répartit mieux le poids. La direction est indépendante rendant le vélo maniable et ”agile”. Pas si large que cela, le Nihola peut se rouler en toute quiétude sur le côté de la route, sans donner l’impression de prendre toute la place. Un triporteur de classe, tout simplement beau par son esthétique et sa fonction. Le coup de foudre pour Lucie. L’envie d’avoir un enfant confirmée par cette possibilité-là, vue dans la rue, un jour qu’elle passait près du Café Falco (son propriétaire fut l’un des premiers si ce n’est le premier à Montréal à rouler un Nihola).

”Une grossesse dure neuf mois. C’est parfait pour faire la gestation d’un projet d’achat de Nihola !”

Passés les premiers enthousiasmes, Mathieu et Lucie ont étudié les possibilités et le budget impliqué. Avec rationalité, ils ont peu à peu préparé leur coup. Ils ont rendu visite à Etienne, qui a volontiers prêté son Nihola pour un essai routier. Selon Lucie et Mathieu, un an de transport en commun leur aurait couté à deux aux environs de 1700 $. Communauto en plus pour les épiceries et autres courses connexes. L’abonnement au gym obligatoire pour expier leur amour de la bonne bouffe, plusieurs centaines de dollars ! Évidemment, une voiture d’occasion aurait pu faire l’affaire… Mais compter des litres d’essence, les assurances, l’immatriculation, les frais inattendus, les embouteillages, toutes ces choses afférentes à la propriété d’une voiture aurait brisé leur moral. Non, après bien des incertitudes, des hauts et des bas, l’affaire fut entendue. Ce serait un Nihola. Lila pouvait arriver, elle n’aurait pas sur sa tête le poids et la responsabilité d’une auto de plus sur la route.

Que font ces gens avec leur vélo ?

La même chose que toutes les autres familles. LucieLila1-NiholaIls conduisent leurs enfants à la garderie. Ils vont au travail, à l’épicerie. Ils remplissent leur coffre de bocaux de cornichons, de fruits et légumes, à porter au restaurant depuis le marché Jean Talon. Ils déménagent des vélos en boite de l’entrepôt au magasin. Ils cherchent de la bière et leurs amis pour passer de belles soirées de hockey. Ils offrent des ”lifts” à des collègues en fin de soirée. Ils transportent des fleurs pour leur jardin, le sapin de Noël, des chaises, des matériaux de construction, la machine à coudre à réparer… Tout ça avec Albert ou Lila. Ou sans eux. Tout ça grâce à leur pick-up propre, à énergie humaine. Les rendant forts et en santé, les positionnant là où ils le veulent dans notre société.

Oui, ils sont forts. Ils ne vous diront pas le contraire : faire tout cela en triporteur, ça vous muscle le mollet et vous fait pomper la patate, ça rosit les joues et forge le courage. Surtout lorsque la neige est de la partie (et qu’un frein a décidé de faire des siennes !) ou qu’il faut descendre la ville et la remonter plus tard. Ils sont organisés aussi : par exemple, Mathieu et Lucie peuvent toujours compter sur un vélo barré à la garderie, pour échanger de monture et se rendre plus vite à leurs destinations. Ils sont conscients qu’ils attirent les regards, les interrogations. Ils répondent. Ils sont responsables. Ils patientent aux lumières et laissent passer les automobilistes courtois. Ils se montrent exemplaires.

Ils transportent leurs enfants. En toute sécurité. Comment pourrait-on prétendre le contraire lorsque Lucie, souriante et convaincue, rappelle à qui en douterait que sa fille est protégée des basses températures, qu’elle peut la voir en tout temps, savoir si elle pleure ou elle rit, qu’elle peut s’arrêter n’importe où, régler la situation du doudou tombé, de la suce à donner, du câlin pour rassurer ? Et ce, sans jamais mettre en danger sa fille ni personne d’autre. ”Au contraire, dans une voiture, tu te retournes, tu regardes ta fille, et boum !…”. Démonstration édifiante !

 Action_Nihola_Etienne_Hockey_jarry

Le Nihola vit dehors. Et c’est un vélo qui vit bien dehors. Dans la cour ou sous le balcon, sous une bâche. Il se gare bien également. Lucie et Mathieu n’ont jamais éprouvé de difficulté à le stationner, même sur le Plateau ou en centre-ville. S’ils ne se faufilent plus entre les voitures, ces parents ont apprivoisé leur engin et en apprécient la fiabilité, la qualité de la mécanique et des accessoires. Etienne touche du bois, il n’a jamais eu de crevaison en deux ans et demi, merci les Marathon Plus ! Ils sentent que c’est un bon vélo, solide et durable, qui répond présent lorsque nécessaire, et qui ne coute pas vraiment plus cher qu’un vélo conventionnel à l’entretien.

Un avant-goût inspirant de l’alternative

Si vous les croisez sur la route, tout sourire ou un peu rosis par l’effort. Sans retirer le casque, vous pourrez leur donner le chapeau, ou tout simplement les saluer cordialement. En retour, vous aurez un avant-gout inspirant de l’alternative et de ce à quoi pourrait ressembler la vie, la votre ou celles de dizaines de familles heureuses et cyclistes, enthousiastes, authentiques et humaines.

 Mathieu-Lila-Nihola

 John The Wolf n’a qu’a bien se tenir. Lila et son impressario arrivent avec le son de la nouvelle vague !

Dumoulin Bicyclettes encourage ces familles. Avec fierté, nous pouvons dire que nous sommes devenus les seuls fournisseurs officiels du triporteur de référence dans le monde cycliste. Cette année, nous pourrons offrir les Nihola à toutes les familles volontaires et enthousiastes, n’ayant pas peur de s’engager à fond dans l’alternative.

N’hésitez pas à nous contacter pour toutes vos questions, nous prendrons le temps de vous rencontrer et d’y répondre, de vous le faire essayer, de vous parler encore et toujours plus de ces visions romantico-pragmatiques qui sont les nôtres et celles des gens de bonne volonté !

MERCI à Mathieu et Lucie pour leur collaboration, leur enthousiasme et leur générosité.
Merci à Etienne et Raphaëlle.
Merci à Lila et Albert !

Mathieu-Lucie-NiholaLes gueules du progrès ! :) 

Découvrez plus sur le Nihola en magasinant ici