Tag Archives: vélo

Action_Nihola_Family

Nihola Family, un vélo cargo agile

Le Nihola Family est une solution pour les familles à vélo. Agile, relativement compact et léger, avec un centre de gravité hyper stable et une direction indépendante de la boite, vous aurez avec vous un allié de choix pour tous vos déplacements actifs !

Vous souhaitez porter vos enfants à la garderie ou à l’école ? Vous transportez beaucoup de choses, tous les jours ? Vous voulez promener votre chien et l’emmener trotter dans les parcs Nature de Montréal près de chez vous ? Ou encore, faire prendre l’air à votre grand-mère et lui offrir quelques instants précieux en lui montrant la beauté des berges de notre île ?

Assez petit pour ne pas être pris dans le trafic, assez grand pour loger toute la famille (version pour 2 ou 4 enfants), le Nihola Family peut se verrouiller en un tour de clé grâce à son cadenas de roue AXA (inclus). La capote amovible (aussi incluse) vous permet de braver vents et marées pendant que vos rejetons restent au sec. Son mécanisme de direction est d’une étonnante stabilité et sa tenue de route impeccable.

Nul besoin d’avoir un garage ou de le monter à l’appartement, le Nihola est conçu pour braver les intempéries. En effet, ses composantes, sa peinture ainsi que sa fabrication danoise lui confèrent toutes les qualités nécessaires pour coucher hors de sa niche. On vous suggère tout de même de vous procurer un 2e cadenas pour éviter qu’il ne se balade seul la nuit.

Vous pouvez transporter 2 enfants jusqu’à environ 10 ans à l’avant et utiliser le porte-bagage arrière pour un 3e enfant ou pour augmenter votre capacité de chargement.
Pour ceux qui voient les déplacements autrement.
Un vélo ? Une philosophie. Une inspiration et un modèle d’humilité et de dévouement.
Tentez l’aventure Nihola !

Magasinez ici nos vélos cargo et découvrez l’univers de Nihola ici

 

 

 

Découvrez le témoignage d’utilisateurs

Raleigh Rowdy- enfant

Un enfant, un vélo, un sourire !

Pas besoin de vous convaincre par mille phrases : un enfant, lorsque vous le mettez sur un vélo, est heureux ! Retrouvez notre offre complète de vélos d’enfants, sécuritaires, confortables, adaptés et bien sûr garantis «sourires» !

Apprendre à rouler en vélo est une étape importante du développement physique des enfants. Équilibre, réflexes moteurs, vision et anticipation, position dans un espace et dans un milieu. C’est également une étape super importante d’un point de vue psychique.

Le vélo créé des souvenirs. Généralement heureux. Qu’est-ce qu’une chute au regard de l’immense fierté de rouler avec et comme maman et papa ? Il créé aussi un sens de la liberté, de l’apprivoisement d’une forme d’indépendance et de responsabilité, le vélo permet aussi de clarifier des situations, d’énumérer des règles à suivre. Bref, le vélo et les enfants, c’est un bienfait pour la société !

Chez Dumoulin Bicyclettes, nous prenons très au sérieux ce rôle et nous nous efforçons de vous proposer du choix, des produits à la hauteur, mais surtout nous les montons et les contrôlons avec autant d’attention que n’importe quel autre vélo. Il en va de la sécurité de vos enfants, mais aussi de leur confort, de leur plaisir.

Des tout-petits aux plus grands, profitez de nos conseils : nous prenons le temps de vous sécuriser et de confirmer les tailles, les ajustements, de choisir le bon casque parmi notre sélection, etc. En route pour vos pique-nique, découvertes de la ville, dépenses physiques, moments de détente!

Raleigh Cadent- Vélo enfantRaleigh Cadent 24

Hiver_Jean+K_Electra+Simcoe

Pourquoi je choisis les pneus à clous : Schwalbe Marathon Winter

Pierre-Marie LegrainChronique de Pierre-Marie, co-propriétaire de Dumoulin Bicyclettes

J’habite au-dessus d’une piste cyclable. Lorsque j’ai emménagé, j’étais loin de m’imaginer à quel point ce serait inspirant et comment cela me renseignerait sur nos comportements de cyclistes. Histoires, déambulations et observations.

Voilà 8 ans que je connais l’hiver Québécois. Sa longueur et sa froidure, sa ténacité et ses aléas. Lorsque je regarde le passé, ce «pays éloigné»* fait me ressouvenir des anecdotes très diverses : joies intenses, sentiments de fierté, discours militants mais aussi chutes et peurs bleues. Aujourd’hui, je choisis de rouler en pneus cloutés.

 

Joies et fierté, «zou zou gliss gliss», chutes et peurs bleues

 

À l’origine, je roulais des pneus Kenda génériques, à peine sculptés pour évacuer l’eau… Puis sont venus des CX pro, encouragé par toute la communauté cycliste, c’était LA solution… Selon moi, autant d’adhérence sur la route qu’un muffin dans un moule en téflon enduit de Pam. On me disait : « c’est normal. Tu chutes toujours deux ou trois fois par hiver. Ça fait partie de la game. Tu vas voir, tu vas t’améliorer et tes aptitudes aussi».

«Mouais».

Je me souviens par exemple d’une chute mémorable dans une petite rue transversale particulièrement traitresse… Ou encore de ce carrefour Saint-Denis-Bellechasse, que je redoute particulièrement, où une plaque de glace sous un peu de neige m’a carrément envoyé au tapis… au milieu du trafic. Puis vous savez, ce petit feeling vraiment désagréable lorsque vous roulez, ce «zou zou gliss gliss», qui vous fait soudainement convoquer les anges du ciel pour que ça passe et que non, votre roue avant ne décide pas de «foutre le camp» parce que la route est cahoteuse. Oui, c’est vrai, la plupart du temps, toutes ces expériences sont bénignes. Cependant, quelle déconfiture ! Votre confiance est en berne, votre plaisir est expédié ad patres et «pu(…) que j’aurais dû rester à la maison ce matin ! ».

Ah oui ? Père et mari, mon identité a évolué vers une entité plus calme et sereine, mais aussi plus prudente : la chute n’est plus une option «fatale et inévitable». Je l’ai remise à sa place, d’où elle ne devrait jamais sortir : celle du hasard malheureux et rarissime.

 

La chute n’est plus une fatalité

 

Le craquement des clous sur l’asphalte me rassure. Quelque part, il me rappelle que je dispose d’une intelligence supérieure dans le règne animal : l’adaptation. Verglas, pluie, neige fine, neige mouillée et lourde, glace… les conditions sont changeantes, je suis toujours prêt. Lorsqu’il rencontre un sillon glissant, mon pneu suit la pente, et sans hésiter établit le contact pour passer et avancer. J’ai commencé par un pneu à clous à l’avant et un CX pro à l’arrière. Puis un Continental Top Contact winter à l’arrière. C’était très bien. De temps à autres cependant, mon pneu arrière chassait. Je décidai d’éliminer complètement ce potentiel et me voilà «clouté» avant/arrière, loin d’être cloué sur place.

Pour moi, me déplacer est avant tout une affaire de simplicité, d’esprit pratique. Mon «véhicule» doit être fiable et toujours prêt. Il doit servir ma liberté de déplacement, de mouvement. Pour ne pas me restreindre, je dois ressentir un certain confort sur la route. La sécurité, ou plus exactement, le sentiment de sécurité conféré par mes pneus à clous, mes lumières, mes bons freins, mes pédales, tout cet ensemble me procure le confort. Otez-moi un de ces éléments et je me sens vulnérable.

J’ai confiance dans mes pneus. Je sais que je vais rencontrer des conditions difficiles. Mon plan est établit : je suis prêt. Prêt à éviter les déconvenues et surtout, à aimer mon hiver.

 

Pneus à clous : équation simple, solution pragmatique

 

L’équation est simple : clous = sécurité = confort = plaisir = je continue à faire du vélo l’hiver.

Je ne suis pas fou. Je ne suis pas particulièrement courageux. J’ai certainement des principes. J’aime ma liberté de déplacement. J’aime faire cet effort pour moi, pour faire une différence à mon niveau. Je n’adhère nullement à ce qualificatif «d’hurluberlu». Bien au contraire, je me décris plutôt comme un pragmatique du déplacement urbain. Je colle au mieux à mes convictions. Et j’ai bien plus de plaisir à ressentir l’hiver qu’à le subir enfermé derrière des vitres ou pire, dans un habitacle pseudo-hermétique et sécuritaire, me fossilisant et m’asphyxiant.

Je vous souhaite un bel hiver, et vous recommande chaudement pour ce faire, les pneus à clous de Schwalbe, en vente ici.

Ah ! À propos : pour tout achat de pneus à clous, nous vous offrons la pose. Pourquoi ? Parce que nous sommes persuadés que ces pneus vont vous aider à considérer l’hiver non pas comme une plaie mais comme une saison de plus à rouler : et ça, c’est bon pour vous, pour nous et pour toute la communauté !


 

« Le coup d’oeil sur l’Histoire, le recul vers une période passée ou, comme aurait dit Racine, vers un pays éloigné, vous donne des perspectives sur votre époque et vous permet d’y penser davantage, d’y voir davantage les problèmes qui sont les mêmes ou les problèmes qui diffèrent ou les solutions à y apporter. » Marguerite Yourcenar, générique de l’émission Concordance des Temps, France Culture, chaque Samedi.

Cette citation fait écho pour moi à la fameuse chanson «Mon pays c’est l’hiver» de Vignault.

Choisir sa selle Brooks

Comment choisir sa selle Brooks ?

Conseiller une selle est un art périlleux. On a beau mesurer, palper et supposer, le verdict n’est pas toujours à la hauteur des espérances. Cependant, on peut quand même suivre des jalons qui permettent de limiter les incohérences et de maximiser le confort sur la selle.

Comment choisir sa selle Brooks ?

En premier lieu, identifiez la largeur théorique de votre selle, en rapport avec la géométrie de votre vélo et donc de votre position. Par exemple, vous roulez sur un vélo de route, avec une géométrie agressive, sportive, vous avez probablement une position penchée. En règle générale, cela impose une selle assez étroite, afin d’éviter les frottements des cuisses sur la-dite selle. Le principe de base est donc : plus votre position est agressive, plus la selle est étroite. Moins vous êtes penché sur votre vélo, plus votre selle doit être large.

Vous avez un vélo de type européen, avec une position droite.

Ou communément appelé «de ville». C’est par exemple le cas pour les Simcoe, les Electra Loft, les Chelsea ou encore les Linus, Brooklyn Bicycles, Breezer, et Norco City de ce monde. Sur ce type de vélos, votre position est droite : vos jambes sont complètement à l’avant et ce sont vos fesses qui reposent entièrement sur la selle, raison pour laquelle il est préférable d’en prendre une plus large (B67, B18, B72).

Vous avez un vélo agressif (non, il n’a pas la rage).

Si votre position est agressive comme sur un vélo de route ou de piste, il est souvent recommandé de prendre un modèle assez étroit, car étant inclinées vers l’avant,  vos jambes ont besoin d’espace pour bien se mouvoir et vos ischions sont simplement appuyés sur la selle. (Swift, B17 étroite, B17 Étroite Impériale, Cambium C15, Team Pro).

Et pour le reste, il y a… la position médiane ! (ou la plus largement répandue)

Pour les vélos hybrides, de cyclotourisme ou de ville vous offrant une position avec une inclinaison modérée, les selles de largeur «moyenne» sont les plus adéquates étant donné qu’une partie de vos fesses sont déposées sur la selle et que vous avez également besoin d’un certain espace pour permettre à vos jambes de pédaler librement. (B17, Cambium C15 ou C17, Flyer, Conquest).

Il ne faut pas s’y méprendre, le fait qu’une selle soit plus large ne garantit pas un niveau plus élevé de confort par rapport à un modèle étroit. Si vous choisissez un modèle trop large pour la position que vous avez, une friction risque de se créer entre vos cuisses et les côtés de la selle. Inversement, si vous choisissez un modèle trop étroit, vous n’aurez pas le plein support que votre selle devrait vous offrir.

Observations et remarques

À noter que les B17, les C17 sont offertes également en version «S», soit short en la langue de Shakespeare. Ce sont des modèles que l’on conseille aux femmes : elles ont un nez de selle un peu plus court et une assise légèrement plus large. Les femmes ont, en général, un bassin plus large que celui des hommes (ce qui est un fait «anatomique» et ne signifie rien d’autre que cela ;), soit dit en passant!).

Certains modèles comme la B17 Impériale, offrent une découpe orthopédique dans le but de diminuer la pression périnéale. Ceci peut être une bonne option pour ceux et celles qui sentent généralement un inconfort, un engourdissement, ou qui désirent faire de longues distances.

D’autres comme la Flyer, la Conquest, la B67 et la B18 possèdent des ressorts, ce qui est intéressant pour la ville ou le cyclotourisme afin de vous offrir une suspension un peu plus prononcée.

Côté esthétique, différentes couleurs sont disponibles, les traditionnelles sont le brun antique, miel et noir. La B17 existe aussi dans une déclinaison de couleurs variées. Les éditions spéciales arborent des rivets en cuivre martelés à la main (et c’est très beau!).

Les modèles traditionnels en cuir doivent être entretenus (lire notre article : «comment entretenir sa selle Brooks?») et une certaine période de rodage est nécessaire. Si ces aspects vous rebutent, soyez sans crainte, Brooks offre des modèles pré-vieillis, qui raccourcissent grandement la période de «cassage» de la selle. Dans la même optique, la nouvelle collection de selles en caoutchouc naturel vulcanisé, la collection Cambium, se décline en plusieurs modèles et couleurs. La C15 est la plus étroite que nous ayons en magasin et la C17 est un peu plus large. Sachez que pour les Cambium, il est aussi possible d’en faire l’essai !

Une selle est un accessoire si personnel qu’il est toujours possible d’adapter ou de contourner les règles pour accéder au confort «suprême». Par exemple, certains hommes vont préférer les selles de femmes et d’ailleurs il est aussi très fréquent de voir des femmes préférer les modèles masculins. Il ne faut pas s’entêter ou se sentir «diminué» ou «anormal» pour autant. Une fois sous vos fesses, personne d’autre que vous le saura et surtout surtout, votre confort est la seule raison qu’il faut garder.

Voilà ! à vous de jouer maintenant : choisissez votre selle ici et n’oubliez pas la crème proofide pour toutes vos selles en cuir !

Cambium

Brooks

Cyclotourisme et aventure

Comparatif 2014 des vélos de cyclotourisme

Voici un guide comparatif pour mieux vous retrouver parmi nos vélos de cyclotourisme. Les cyclos sont tous un peu différents. Par contre, une caractéristique commune à tous est leur cadre en cromoly. Le cromoly, par rapport à l’aluminium, rend le vélo plus confortable, car ces tubes de petites tailles sont “flexibles” sous la vibration et les chocs, et ce, beaucoup plus que de l’aluminium.

Résultat : des randonnées moins fatiguantes, avec un plus grand confort. Le cromoly a aussi l’avantage d’être plus facilement réparable en cas (rare) de bris.

Voici les modèles offerts chez Dumoulin Bicyclettes en 2014:


trek 520Trek 520 (1494 $)

Le classique des classiques. Un des plus, sinon le plus recherché pour du cyclotourisme sérieux.

Caractérisques: Cadre en cromoly très réputé. Longueur des bases (chainstay) la plus longue du lot. Leviers de vitesses séparés des freins, ce qui en gêne certains, car il faut changer la position des mains à chaque changement de vitesses. Il s’agit par contre d’un système quasi indestructible, ce qui n’est pas à négliger pour un vélo de ce type.

Avantages: Les freins les plus puissants (pour les non-disque), excellent porte-bagage, réputation enviable. “Facile” d’être réparé partout dans le monde.

Je l’achète si : je pars faire le tour du monde.

 Opus Largo (1199 $)opus_largo

Il est l’entrée de gamme des cyclotourismes, mais il faut réaliser qu’il n’y a pas de vélo de ce type de mauvaise qualité vu leur utilisation. Il est donc très durable et de très bonne qualité !

Caractérisques: Assemblage de composantes d’un bon rapport qualité-prix (sora). Même cadre que les modèles plus haut de gamme. Freins cantilevier = pièces faciles à trouver.

Avantages: Jantes Mavic solides. Excellent porte-bagage. Designé et assemblé à Montréal. Leviers de freins et vitesses combinés = facilité d’utilisation. Prix attrayant.

Je l’achète si : je fais des randonnées au Québec, je veux un vélo très solide pour aller travailler.

opus legatoOpus Legato (1429 $)

Le grand frère du Largo, le Legato a le même cadre, mais de meilleures composantes. Ces leviers freins-vitesses combinés vous rendront la vie plus facile, mais vous ferons hésiter de le choisir si vos destinations comportent des pays plus “exotiques”. En effet, plusieurs pays n’ont pas ces pièces. Par contre, il sera un choix tout désigné pour l’Amérique du Nord ou même l’Europe.

Caractérisques : Assemblage de bonnes composantes, système à 3×10 vitesses. Très bon rapport qualité-prix.

Avantages : Jantes Mavic solides. Excellent porte-bagage. Dessiné et assemblé à Montréal. Leviers de freins et vitesses combinés = facilité d’utilisation. Prix attrayant.

Je l’achète si: je fais des randonnées en Amérique du Nord ou en Europe.

Brodie Elan Vital (1999 $) vélo de cyclotourisme - touring brodie elan vital

On remarque rapidement sur le Brodie la qualité des composantes, les plus élevés du lot, un mélange de XT et 105. Les freins à disques vous donneront confiance lors de longues descentes bien chargées. Les roues sur ce vélos (Mavic 719 – XT) sous tout simplement les plus solides qu’on a vu sur un vélo de ce type.

La qualité globale de ce vélo vous permettrait de le choisir pour votre tour du monde, mais à noter qu’il peut être ardu de trouver des pièces de remplacement pour les freins à disques à l’extérieur des sentiers battus. Amener donc un étrier de frein (caliper) de rechange. Ceci dit, ça ne brise presque jamais. Si vous voilez une roue, c’est moins grave, car votre freinage ne s’en trouvera pas affecté.

Caractérisques: Les meilleures pièces du lot. Une selle Brooks en cuir.

Avantages: Roues très solides. Freins extrêmement puissants. Conçu au Canada.

Je l’achète si : je veux la meilleure qualité de vélo possible. Je voyage un peu partout (mais j’apporte un étrier de frein et disque de rechange)

                       image cyclotourisme