Test du Trek 520

Partagez :
Cet article est écrit par notre ami Rémi qui, après une maîtrise obtenue en 2010 à Montréal et un an de voyage, s'est retrouvé pour le travail à Matane, la plus gaspésienne des villes du Bas-Saint-Laurent, pour les prochaines années. Il nous relate donc à l'occasion ses histoires avec ses fidèles compagnons sur deux roues, en particulier Georges, un Dahon Mu Uno.
---------------------
Mon premier "vrai" vélo, de qualité, fabriqué par un constructeur connu, était un Trek 520. J'étais à la recherche d'une monture fiable, robuste, qui me tiendrait compagnie sur des milliers et des milliers de kilomètres sans me poser de problème.
À l'époque, j'avais seulement trois reproches à faire à ce vélo tel qu'il était livré: pas de garde-boue dignes de ce nom, un porte bagages arrière digne d'une blague, et une couleur assez répulsive. Mais c'était en 2010: Trek a depuis fait des efforts. Le porte-bagages d'origine semble maintenant bien plus robuste et pratique, et la robe est certainement plus agréable à l'œil! Quant aux garde-boue, personne n'est parfait. Et puis faut arrêter de chialer, un peu, c'est pas grand chose, des garde-boue, et ça coûte pas cher.
Bref, je pense qu'on a fait le tour des inconvénients. Place aux éloges! Garons la machine au soleil et admirons.
trek-520
D'abord, ce vélo est on-ne-peut-plus confortable. Le cadre en acier se comporte à merveille, et ce même avec un vélo très chargé. D'ailleurs, même en charge, pourvu qu'on ait des jambes, ce vélo s'avère assez véloce. Quel plaisir de rouler vite en charge! Sur le plat, évidemment. C'est quand même pour ses talents de grimpeur qu'on peut choisir ce vélo: le plus petit braquet est 26x32. De quoi vaincre n'importe quel raidillon récalcitrant sans trop d'histoires, même en étant chargé de bagages, avec juste quelques gouttes de sueur.
Les jantes Bontrager Camino, livrées par défaut, sont relativement fiables, tout comme les pneus dont le vélo est chaussé. Un de mes Bontrager Race Lite Hard Case a tenu plus de 16000 km à l'avant, avec seulement quelques crevaisons! Quant à ma arrière, elle a duré 14000 km avant de craquer quelque part en Italie. Étant donné qu'elle avait passé sa vie sous une charge importante et qu'elle a subi bien des freinages, je trouve que c'est pas mal...
jante de trek 520
Le Trek 520 est équipé d'un pédalier de montagne de type Hollowtech II. Personnellement, je trouve cette technologie bien plus belle qu'un boîtier de pédalier "classique". Besoin de moins d'outils, changement de roulements facile, changement de plateaux aussi, beauté des pièces, j'adore! Et puis avouez, c'est trippant, voir à travers son bottom bracket, non?
Les leviers "bar-end" me semblent bien plus fiables que les mécanismes d'horlogerie des leviers classiques. Remarquez, bien des gens ont fait le tour du monde avec des leviers "normaux" sans problème: c'est surtout une question de goût. Moi, j'aime bien ne pas toucher aux vis de réglages du dérailleur en 25000 km de voyage, alors je préfère désindexer les commandes. Bon courage pour faire ça avec des leviers réguliers!
Finies, les considérations matérielles. Vous prendrez le temps de rentrer dans l'intimité de tout cet équipement une fois sur la route. Le Trek 520 sera votre fidèle destrier, comme il a été le mien. Il vous emmènera loin...vous en vivrez, des aventures, en sa compagnie.
(photo oliviers)
Bon voyage!

Lire plus sur le Trek 520

Trek 520, vélo d'aventure et de gravelle !

Partagez :