cycling vélo avion

Valise de transport de vélo

VOYAGER AVEC SON VÉLO ? C’EST DANS LA BOÎTE !

Il arrive quelque fois qu’un cycliste veuille partir un peu loin, s’ébrouer sur des pentes légendaires, en cyclotouriste, sportif, hors piste. S’attaquer à des mythes c’est trippant, le faire sur sa « machine », c’est encore mieux ! Et que dire de la découverte d’une ville étrangère en cycle ?

Le frein à cela, c’est le transport de son vélo. Nous connaissons tous l’angoisse et les sueurs froides liées aux traitements des bagagistes de nos biens. J’ai testé le transport de mon vélo, ma « machine », mon « fidèle compagnon », en avion, sur un voyage transatlantique. Comment ? Grâce à la valise de transport de Box International. Résultat : un rêve réalisé et un vélo en parfait état !

Dumoulin Bicyclettes vous offre désormais la possibilité de louer ces valises : pour Brompton ou vélos conventionnels.

L’« emballage » se fait simplement. En peu de temps et avec très peu d’outils, les étapes présentées par le manuel sont réalisées : démonter son guidon, ses roues, sa tige de selle et enfin ses pédales. Des tie-wrap bien placées, des guenilles, et le tour est joué. Votre vélo est bien fixé, attaché, protégé par les mousses intérieures de la valise. Les roues sont accueillies dans des housses qui inspirent la confiance, et qui disposent de poches bien pratiques pour mettre vos pédales, vos boulons ou attaches rapides.

Vélo dans valise

Comptez en gros une heure pour faire tout ça, si vous prenez, comme moi, votre temps ! Je n’ai pas hésité à «combler » les trous avec mon matériel (vêtements, outils, chambre à air, gourdes, barres tendres, souliers, etc.). Je pouvais me rendre à l’aéroport en toute tranquillité.

Les petites roulettes sont pratiques, même si j’aurai aimé qu’elles soient multidirectionnelles. Les poignées sont assez bien placées, pour une prise en main facile et efficace lorsque vous avez besoin de la soulever. Dans la navette 747, dans le train, j’ai carrément mis à plat le tout et posé mes bagages sur le dessus… La coque ne se pliait pas, m’inspira complètement confiance. Il faut compter un peu plus de temps également pour les passages aux douanes : la valise doit passer dans un scanner « hors gabarit ».

J’ai retrouvé mon vélo en parfait état et j’ai pu en profiter pendant deux semaines. Le transport de la valise fut certes plus « contraignante » de par sa taille, et il faut penser à ne pas trop se charger. Le transport en taxi, c’est un peu plus drôle puisqu’il faut un van ou un grand coffre. À aucun moment, je n’ai craint pour mon vélo. À aucun moment j’ai regretté de l’avoir amené. L’esprit tranquille par rapport à ça, j’ai profité des paysages et des routes, et ai pu vivre une des plus belles de mes expériences de cycliste. La location sur place n’est pas une mauvaise idée, mais si vous êtes attaché à votre petite reine, cette valise vous permettra de l’emmener vers les cimes et les horizons de vos rêves ! 

 

 

Sous la pression, je mets des photos de cette odysée. (Mont Ventoux, 2011)

pm3

pm2

pm1

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *